Doit-on interdire les SUV dans nos villes ?

Publié le par The Guardian / traduction M.E.

Statistiquement moins sûres que les véhicules classiques et émettant plus de CO2, vendus avec un marketing très soutenu, les militants de l'environnement affirment que ces véhicules n'ont pas leur place en ville.

"La folie SUV » s'étale en première page du journal d'affaires allemand Handelsblatt en début de ce mois-ci, mettant en vedette, dans son supplément spécial de week-end,  s'interrogeant sur la commercialisation agressive par les constructeurs automobiles de ces véhicules 4x4 très rentables. Ce soir-là, le conducteur d'une Porsche Macan a  perdu le contrôle de son SUV est monté sur le trottoir et a tué 4 personnes : un petit garçon de 3 ans, sa grand mère de 64 ans et deux jeunes gens dans leur vingtaine !

La ville est partie en éruption ! "Ce n'était plus un danger théorique, il y avait bien des morts !" déclara Benjamin Stephan, un militant de Greenpeace spécialisé sur les thèmes "transport et climat". Cela devint une révolte populaire : "Cela ne venait pas de nulle part, les gens sont ulcérés par ce genre de véhicule."

Les jours suivants, des centaines de Berlinois se sont rassemblés dans le cadre d'une veillée en mémoire des personnes tuées. Stephan Von Dassel, maire du district de Berlin-Centre, dit que ces "SUV  qui ressemblent à des blindés n'ont rien à faire en ville". Oliver Krischer, un des responsables des Verts au parlement fédéral, demande des restrictions pour ces 4X4 permis en ville. "La meilleure solution serait d'adopter une règle nationale autorisant les autorités locales à instaurer des limites aux tailles des véhicules." a-t-il déclaré au Tagesspiegel.

Les SUVs sont un paradoxe : Alors que beaucoup de gens les achètent de se sentir plus en sécurité, ils sont statistiquement moins sûrs que les voitures ordinaires, aussi bien pour ceux de l'intérieur et ceux de l'extérieur du véhicule. Une personne a une probabilité supérieure de 11%  de mourir dans un accident dans un SUV qu'une berline régulière. Des études montrent qu'ils bercent les conducteurs dans un faux sentiment de sécurité, en les encourageant à prendre des risques. leur taille les rend deux fois plus susceptibles de rouler dans des accidents et deux fois plus susceptibles de tuer les piétons en infligeant des blessures plus haut du corps et de la tête, par opposition à la baisse des blessures des membres gens ont une plus grande chance de survivre.

A l'origine suivant le modèle des camions, ils ont souvent été exemptés des normes de sécurité appliquées aux véhicules de tourisme, y compris pour la hauteur du capot. Dans la législation de la Communauté Européenne est en train de mettre fin à ces exemptions « dépassées et injustifiées ».

En Allemagne, l'accident mortel provoqué par le SUV a été le déclencheur des manifestations. Après celui-ci Greenpeace a bloqué l'embarquement de SUV pendant plusieurs heures à Bremerhaven.

A Francfort, le week-end suivant, entre 15 000 et 25 000 personnes se sont rassemblées dans le cadre d'un mois de manifestation , lors du lancement du salon de l'automobile de Francfort qui se déroule tous les deux ans, où les constructeurs automobiles allemands la promotion de leurs véhicules utilitaires sport aux côtés de véhicules électriques plus petits et plus propres. Comme chancelière Angela Merkel a visité celui-ci les militants ont grimpé au dessus des SUVs brandissaient des banderoles « Climate killers» (tueurs de climat).

 

 

« En Allemagne en 2018, ils ont dépensé plus en marketing pour les SUV que sur tout autre segment ; ils ont effectivement dépensé autant que pour tous les autres segments réunis», a déclaré Stephan von Dassel. « Ce n'est pas un hasard si les gens sont tout à coup vraiment dans ces voitures, ils sont fortement poussés sur le marché. »

En Europe, les ventes de SUV représentaient 7% du marché et celles-ci ont bondi à 36% en 2018. On s'attend à ce qu'elles représentent 40% du marché en 2021.

Bien que les statistiques européennes ne distinguent pas les types de véhicule impliqués dans les accidents, aux USA, les chiffres montrent clairement que ces collisions sont plus léthales et plus fréquentes.

 

« L'augmentation a eu lieu principalement dans les zones urbaines ou de banlieue, loin des intersections, sur les routes principales et dans l'obscurité. Ces accidents sont de plus en plus susceptibles d'impliquer et de véhicules SUV de grande puissance» a déclaré un représentant de l'US Insurance Institute for Highway Safety (IIHS).

 
L'année dernière a été la plus meurtrière pour les piétons depuis 1990, avec 6000 morts dans tout le pays. La croissance des ventes de SUV, qui représentent 63% des ventes de véhicules de tourisme, est en partie à blâmer. Les accidents de piétons impliquant des SUV ont augmenté de 81% entre 2009 et 2016, selon l'IIHS. Un rapport par les administrateurs de cette association de sécurité routière a constaté que si les décès de piétons dans des collisions avec des voitures ont augmenté de 30% de 2013 à 2017, ceux impliquant les SUV ont augmenté de 50%.
 
 
 
 
 

Dans la ville de New York, 2 enfants ont été tués en montant sur le trottoir pendant les 2 premières semaines du mois de septembre 2019. Alors que les autorités britanniques n'enregistrent pas les types de véhicule impliqués dans les blessures et décès suite à collision, des universitaires de ce pays, après analyse des données de la police, ont pointé que la probabilité d'être tué est 70% plus importante lorsque une voiture de 2,4 litre de cylindrée est impliquée par rapport à un véhicule de 1,6 litre de cylindrée. Un des chercheurs Adam Reynolds précise : « si vous êtes touché par un de ces lourds véhicules vous avez 2 fois plus de probabilité d'être tué !»

Adam Reynolds et Robin Lovelace, qui ont mené cette étude, regarde les chiffres.  « Plutôt que de déclarer que les SUV sont dangereux, ce que nous pouvons dire, c'est que les grosses voitures sont plus dangereuses »

Les tueurs du climat

Le transport et de manière prépondérante, le transport routier est responsable de 27% des émissions carbonées. Il y a dix ans, la Commission Européenne a défini un objectif pour 2021 d'une moyenne d'émission de 95g CO2 /km. Mais un récent rapport de l'association Transport and Environment souligne les misérables progrès accomplis. 16 mois avant d'évaluer l'atteinte de l'objectif, on constate que seulement la moitié du chemin a été parcouru. L'industrie automobile devra affronter de lourdes amendes de l'ordre de 34 milliards d'euros pour non atteinte de l'objectif fixé.

L'industrie accuse le marché qui se détourne de la motorisation diesel, qui est moins émettrice de CO2 que l'essence  mais avec des rejets polluants plus toxiques. Le rapport de Transport and Environment de  met le blâme fermement sur la hausse des SUVs, « conduit par le marketing agressif de constructeurs automobiles. »

Leurs gros moteurs et carrosseries conduisent à des émissions en moyenne supérieures de 14% aux berlines classiques. Chaque croissance de 1% de la part de marché des SUV se traduit par une émission moyenne augmentée de 0,15g CO2/km. Un comité sur le changement climatique note que « la popularité des SUV détruit toutes les économies faites grâce aux progrès technologiques sur les véhicules. »

 

Julia Poliscanova, directrice des véhicules propres et e-mobilité à Transport and Environment, déclare que les régulateurs doivent intervenir pour forcer les constructeurs automobiles à produire et à vendre des véhicules zéro émission et de taille appropriée, par exemple les voitures petites et légères dans les zones urbaines. « Les politiques urbaines intelligentes sont également essentielles pour conduire les consommateurs vers des modes propres et sûrs », ajoute-elle. « Les maires devraient réduire l'espace  et les emplacements de stationnement pour les voitures particulières et les réattribuer aux personnes et les services de mobilité propres

 
Source : https://www.theguardian.com/cities/2019/oct/07/a-deadly-problem-should-we-ban-suvs-from-our-cities