La France paie cher sa dépendance à la voiture : Le point de vue d'Olivier Razemon

Publié le par Olivier Razemon via M.E.

Veillée d’armes, camp retranché, barricades. Le vocabulaire de la crise que nous vivons, encore issu de l’univers automobile il y a quelques semaines, a basculé dans le jargon militaire. Bien sûr, le feuilleton éreintant des « gilets jaunes » ne se résume plus au prix du carburant, surtout depuis que le gouvernement a capitulé en rase campagne et renoncé à toute taxe carbone.

Mais la contestation qui s’est déployée en quelques semaines à peine repose intrinsèquement sur le rapport à la voiture, et c’est inédit. Depuis quelques années, on sentait possible l’émergence d’un populisme automobile. Ce temps est arrivé, via les groupes Facebook et sur fond de complotisme, au nez et à la barbe d’un Nicolas Dupont-Aignan qui, avec quelques autres politiques, s’époumonait depuis des années pour dénoncer, à toutes les élections, le « racket » dont seraient victimes « les automobilistes ».

« Vaches à lait ». Cela fait des décennies que la moindre disposition destinée à réguler les nuisances de la voiture, limites de vitesse, mesures de sécurité, stationnement payant, contrôle technique, péage autoroutier, était présentée par quelques démagogues comme une sanction insupportable imposée aux automobilistes « vaches à lait ».

Les réformes, grandes ou petites, au niveau local comme national, portant sur l’automobile, sont rarement assumées comme telles. Peu de maires prennent le temps et l’énergie d’expliquer pourquoi il faut installer des horodateurs dans un quartier devenu invivable à cause du stationnement anarchique (sur ce sujet, c’est ici). A l’inverse, il est toujours tentant, pour regagner quelques points de popularité, de promettre un nouveau contournement routier, une baisse « drastique » du coût du permis de conduire, le stationnement gratuit, etc. Il en va des transports comme d’autres sujets: les solutions efficaces sont plus complexes à expliquer, à comprendre et à mettre en œuvre que les discours simples.

Lire aussi: Alcool, vitesse, ceinture: histoire des combats d’arrière-garde, toujours perdus (décembre 2014)

Pourtant, lorsque le prix de l’essence avait augmenté, à plusieurs reprises ces dernières années, personne ne se révoltait. Des reportages dans les stations-services montraient des automobilistes prêts à envisager le covoiturage ou à limiter leurs déplacements, des solutions vite oubliées quelques mois plus tard, lorsque le baril avait repris son cours normal. On reprenait sa voiture tout seul, et puis pourquoi ne pas déménager encore plus loin, à l’échangeur suivant, après tout « c’est à 5 minutes ».

La grande excitation. Il a suffi d’une taxe de quelques centimes par litre pour mettre le feu au village français. Bien sûr, le contexte n’a pas aidé : l’impression, souvent justifiée, que les sommes récoltées sont mal employées, le sentiment, parfaitement exact, que les plus puissants sont épargnés par les efforts nécessaires à la transition écologique, les petites phrases provocantes du président de la République, un décalage surjoué entre les centres des métropoles et le reste du pays, les fausses informations qui tournent en boucle sur Facebook et sur les vidéos révoltées, la fascination-répulsion, amplement partagée dans le pays, à l’égard d’un « Paris » qui déciderait de tout en fonction de ses seuls intérêts, et enfin la grande excitation de faire l’histoire.

Dévotion et démission. Mais sur le fond, la France paie le tout-voiture, ces 70 ans de dévotion pour l’objet voiture, de démission face à la carrosserie. Entendons-nous bien : la voiture est un objet extraordinaire. Mais elle est tellement extraordinaire qu’on en néglige les nuisances. Elle est tellement pratique qu’on a vite fait d’en déduire qu’il serait impensable de se déplacer autrement, pour n’importe quel trajet, même court, même lorsque des solutions alternatives existent. Même les spécialistes de la réinsertion pensent « voiture » lorsqu’ils ont affaire à des publics démunis, désorientés ou incapables de se repérer en-dehors de leur quartier, c’est à lire ici (juillet 2014).

Lire aussi: Merci à ceux qui font autrement (novembre 2018)

Non, « tout le monde » ne possède pas de voiture (mai 2015)

La France paie aujourd’hui son aménagement du territoire désordonné, la dispersion des équipements publics et des commerces, la multiplication des rocades et des parkings, qui expliquent pourquoi chacun finit par prendre sa voiture même lorsqu’il existe une ligne de chemin de fer directe. La France, « grande Nation » comme se moquent les Allemands, s’imagine encore en grand pays, pays tellement immense qu’il est possible d’utiliser la terre à sa guise, pour les besoins d’une enseigne, d’un parc de loisirs ou d’un logisticien. A force d’étaler la ville toujours plus loin, on a rendu la voiture indispensable. On a fait de la France le pays des ronds-points, et voilà le résultat.

Olivier Razemon (l’actu sur Twitter, des nouvelles du blog sur Facebook et de surprenants pictogrammes sur Instagram).

Source : http://transports.blog.lemonde.fr/2018/12/07/la-france-paie-cher-sa-dependance-a-la-voiture/

N.B. Olivier Razemon est un journaliste indépendant et auteur français, né le 26 juin 1967 à Lille, spécialiste des transports, dont il analyse l'actualité via son blog "L'interconnexion n'est plus assurée" publié sur http://transports.blog.lemonde.fr

Olivier Razemon est l'auteur à ce jour de quatre ouvrages, dont La Tentation du bitume, coécrit avec Éric Hamelin, sur les conséquences du phénomène de l'étalement urbain en France, et Le Pouvoir de la pédale, plaidoyer pour une transition cyclable. Son essai Comment la France a tué ses villes , paru en 2016, fait état de la dévitalisation des villes moyennes françaises, phénomène en progression et qui alerte les pouvoirs publics. La dévitalisation commerciale touche la majorité des villes françaises, hormis les métropoles, les villes touristiques et des villes isolées mais dotées de pôles attracteurs, par exemple en moyenne montagne. Ce livre met en évidence la concurrence féroce qu'entretiennent les centres commerciaux périphériques avec les commerces des centre-villes mais aussi des solutions concrètes de revitalisation mises en œuvre par certaines agglomérations.