L'invasion de l'Ukraine par la Russie confirme l'urgence de la transition énergétique verte de l'Europe

Publié le par Scientific American via M.E. (traduction)

Le conflit a mis en évidence le risque de dépendre du gaz russe, en particulier pour les pays qui le considèrent comme un pont vers les énergies renouvelables

The Eugal pipeline, part of the larger Nord Stream 2 system, under construction near Deutschneudorf, Germany. The system was intended to bring Russian natural gas to Europe, but was put on hold when Russia invaded Ukraine in February 2022. Credit: Martin Weiser/CTK Photo/Alamy Live News

L'invasion de l'Ukraine par la Russie devrait renforcer l'urgence des efforts de l'Europe pour rompre sa dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz russes, et obliger l'Europe à accélérer sa transition vers une énergie plus propre, selon des experts et les fonctionnaires de l'Union Européenne.

Mais ces efforts ne viendront ni rapidement, ni facilement et ils impliqueront des compromis difficiles. Les discussions sur une évolution plus rapide vers des sources d'énergie alternatives ont commencé, il y a des mois, alors que les prix du pétrole et du gaz commençaient à augmenter. Et ils se sont intensifiés ces dernières semaines alors que la Russie se rapprochait de la guerre – une menace qui a soulevé la possibilité que les approvisionnements déjà faibles en gaz pourraient être encore réduits si la Russie fermait les robinets.

Lors d'une visite à Washington au début du mois, le commissaire européen à l'Energie Kadri Simson a déclaré que la Commission européenne - qui fait office de branche exécutive de l'Union européenne - négociait avec les États membres pour que 40 % de la demande énergétique soit couverte par les énergies renouvelables.

Elle a également encouragé une impulsion majeure pour l'éolien offshore et a souligné les efforts visant à accélérer l'autorisation des projets d'énergie renouvelable, à améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments et à investir dans le développement de l'hydrogène.

"Nous devons réduire notre dépendance au gaz russe, diversifier nos fournisseurs et investir dans les énergies renouvelables", a écrit Simson dans un tweet mardi après une réunion pour discuter de la sécurité énergétique de l'UE.

"L'invasion de cette semaine a mis en évidence le risque de dépendance de l'Europe vis-à-vis du gaz russe, en particulier pour les pays qui le considèrent comme un pont qui peut les aider à faire la transition vers les énergies renouvelables", a déclaré Michael Mehling, directeur adjoint du Center for Energy and Environmental Policy au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

L'un de ces pays est l'Allemagne, qui s'efforce d'augmenter sa capacité éolienne et solaire tout en fermant les centrales au charbon et les installations nucléaires. Le gaz a été considéré comme le carburant fiable qui permettrait au pays de traverser la transition, avec une mise en garde majeure.

Cette prise de conscience pourrait bouleverser le statu quo.

"Je pense que cela apportera un soutien supplémentaire non seulement à l'impératif environnemental de la décarbonation, mais également à l'impératif stratégique de devenir indépendant sur le plan énergétique avec des énergies renouvelables disponibles localement", a déclaré Michael Mehling.

Le vice-chancelier allemand Robert Habeck a fait écho à ce point dans ses commentaires hier à l'Associated Press. Habeck a déclaré que l'invasion de la Russie a renforcé les arguments en faveur de l'indépendance énergétique grâce aux énergies renouvelables.

"Les gens voient qu'il ne s'agit pas seulement d'un problème lié au climat, mais d'un problème lié à la sûreté ou à la sécurité en ce moment", a-t-il déclaré.

Une transition énergétique sera plus facile pour certains pays européens que pour d'autres. Cela pourrait signifier un retour à des carburants plus polluants dans des endroits comme la Pologne, qui dépend du charbon, où les énergies renouvelables ont encore un long chemin à parcourir.

"Si l'alternative est de garder le cap sur la décarbonation mais au prix  d'une énergie d'un coût exorbitant ou d'une plus grande vulnérabilité vis-à-vis de pays qui ne se révèlent pas forcément être de bons partenaires fiables, je pense que politiquement, ce sera être difficile de suivre ce premier cours", a déclaré Michael Mehling. "De toute évidence, vous verrez des compromis être faits."

Il est peu probable que ces compromis atténuent les ambitions climatiques plus larges définies par l'Union européenne, dont certaines sont inscrites dans la loi. La législation européenne adoptée l'année dernière, par exemple, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% d'ici 2030.

"Mais il y a beaucoup de place pour savoir quel secteur fait quoi et quand", a déclaré Michael Mehling.

Tenir compte de l'écart

Une analyse du cabinet mondial de conseil en énergie Wood Mackenzie a révélé qu'un hiver doux combiné à une augmentation des approvisionnements en gaz naturel liquéfié des États-Unis et d'ailleurs a contribué à augmenter les volumes de stockage de gaz, plaçant l'Europe dans une meilleure position qu'elle ne l'était au début de la hiver.

"À court terme, l'Europe sera en mesure de gérer", a déclaré Georg Zachmann, chercheur principal à Bruegel, un groupe de réflexion basé à Bruxelles. Mais au-delà de l'été, il y aura un déficit d'approvisionnement, juste au moment où la demande de combustible utilisé pour le chauffage domestique commencera à augmenter.

Combler cet écart sans gaz pourrait signifier compter davantage sur l'énergie au charbon et remettre en service certaines centrales nucléaires et au charbon mises sous cocon ou réduire la demande des ménages et du secteur industriel.

"Il s'agit essentiellement de gérer l'écart et de voir ce que les différents États membres vont apporter à la table pour combler cet écart", a déclaré Georg Zachmann.

Michael Mehling anticipe davantage de discussions sur le rôle que les chaînes d'approvisionnement et le commerce joueront dans la transition vers un avenir à faible émission de carbone et sûr sur le plan énergétique, et sur la manière dont différentes politiques seront utilisées contre des partenaires commerciaux peu fiables.

Une plan de l'UE de taxation des biens importés à forte intensité de carbone pourrait avoir des répercussions coûteuses sur des pays comme la Chine et la Russie, qui ont des normes environnementales beaucoup plus faibles.

"Je ne pense pas que cela se fera d'un seul coup", a déclaré Michael Mehling. "Je pense qu'il y aura de petits mouvements sur plusieurs fronts plutôt qu'un grand mouvement sur un seul front." Tout dépendra du discours qui prévaudra parmi les législateurs européens, a déclaré Georg Zachmann.

"Si le récit prévaut selon lequel il s'agit d'un moment politique - [que] nous devons nous sevrer du gaz russe parce que cela ne fait que causer des problèmes à long terme et nous devons accélérer notre transition - cela pourrait être un moment catalyseur", a-t-il déclaré. 

Un coup dur pour la Russie ?
Tout cela pourrait changer si l'invasion s'étend au-delà de l'Ukraine. Et selon la durée du conflit, cela pourrait affecter les pourparlers sur le climat de l'ONU plus tard cette année, lorsque les pays devraient arriver avec des objectifs révisés pour réduire leurs émissions de réchauffement de la planète.
 
Peu de pays ont besoin de revoir leurs réductions d'émissions ciblées plus que la Russie, disent les observateurs.
 
Et cela concerne Oldag Caspar, responsable de la politique basse énergie allemande et européenne chez Germanwatch. Il a déclaré que l'invasion de l'Ukraine par la Russie porterait probablement un coup dur aux efforts de la Russie pour « pérenniser » son économie. Cela ralentirait également les tentatives récentes de développer une politique climatique plus positive.
 
Alors que certains cercles s'attendent toujours à ce que le réchauffement climatique soit un net positif pour la Russie, Moscou a de plus en plus reconnu la nécessité de faire face à la hausse des températures. Parmi les risques pour la Russie figurent des incendies de forêt massifs en Sibérie et des dommages aux infrastructures dus à la fonte du pergélisol.
 
Dans sa précipitation à renoncer au gaz russe, Oldag Caspar craint que l'Europe ne laisse la Russie sur la touche plutôt que de l'aider à évoluer vers un nouveau modèle économique qui dépend moins des ressources brutes.

Une autre préoccupation est que les tensions géopolitiques pourraient conduire la Russie vers la Chine ou dans l'isolement, y compris sur des questions qui pourraient affecter le climat.

"Si les sanctions affectent l'accès de la Russie aux marchés des pays occidentaux, alors ils devront chercher des opportunités économiques ailleurs, ce qui signifie qu'ils saisiront toutes les opportunités d'hydrocarbures - que ce soit du pétrole, du gaz, du charbon - partout où ils pourront les vendre". a déclaré Ian Hill, ancien ambassadeur de Nouvelle-Zélande en Russie.

La Russie s'est récemment rapprochée de la Chine. Le président russe Vladimir Poutine a rencontré le dirigeant chinois Xi Jinping au début du mois à Pékin, où ils ont publié une déclaration commune s'opposant à la création de barrières au commerce international sous prétexte de lutter contre le changement climatique.

Mais la Russie ne peut pas simplement transférer ses exportations vers la Chine, car elle n'a pas l'infrastructure en place. Les approvisionnements en gaz destinés à l'Europe proviennent de différents gisements et passent par différents gazoducs.

"Pour l'instant, la Russie peut fonctionner selon l'hypothèse que la transition vers une économie à faibles émissions de carbone se déroulera plus lentement que ce à quoi certains pays s'attendent", a ajouté Ian Hill.

Le ministre russe de l'Énergie l'a suggéré dans une interview mardi au Forum des pays exportateurs de gaz à Doha, au Qatar : "On peut rêver et fantasmer, mais le vrai mix énergétique est dans un état tel que les énergies renouvelables restent instables et chères", a-t-il déclaré dans une interview à Energy Intelligence. "Cela signifie que la production d'électricité traditionnelle doit également être là."

Pourtant, perdre l'Europe en tant que client majeur laisserait à la Russie peu d'options pour vendre son gaz, du moins à court terme.

Pendant ce temps, pour l'Europe, la transition n'a pas besoin d'être aussi douloureuse qu'elle en a l'air, a déclaré Georg Zachmann de Bruegel.

Mais cela nécessiterait une coopération mettant en oeuvre tout le continent.
 
"Il s'agit de gérer les coûts et de les répartir équitablement entre les partenaires, puis cela peut être fait", a-t-il déclaré.