Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le phénomène des mégafeux en France

Publié le par Le Point via M.E.

Une nouvelle forme d’incendies extrêmes menace les forêts de l’Hexagone. Pour s’y préparer, pompiers et scientifiques travaillent main dans la main. Reportage.

Il est à peine 9 heures. Le soleil brille au-dessus de Prades, petite ville des Pyrénées-Orientales réputée pour la beauté de ses montagnes et pour l'ascension fulgurante de son ancien maire, Jean Castex, devenu Premier ministre. Rassemblée autour de son camion, une équipe de huit pompiers et trois éleveurs s'installe sur les hauteurs du bourg au milieu d'une lande parsemée de bosquets et d'arbres. La mission de cette douce matinée de mars ? Mettre le feu ! Mais pas n'importe comment. Ici, on pratique le brûlage dirigé avec un double objectif : éviter l'expansion incontrôlée de la végétation, dangereux combustible à quelques encablures de la ville, et former les éleveurs à l'entretien de leurs parcelles sans embraser toute la montagne.

Se joignent à eux ce jour-là, Carole Duperron, ingénieure agronome, responsable départementale des opérations de brûlage, et Sébastien Lahaye, pompier devenu scientifique, grand spécialiste des mégafeux. Passage en revue de l'équipement de protection, manipulation millimétrée des porte-torches remplis d'essence… Les experts « pompiers brûleurs » enseignent patiemment la science du feu aux agriculteurs.       « C'est comme un cerf-volant, il faut diriger le chantier en fonction du vent. Des jours de préparation sont nécessaires pour bien délimiter les parcelles à brûler », explique doctement le capitaine Michel Maurisard, pompier volontaire depuis plus de quarante ans. Une évidence pour ces hommes aguerris : le climat a changé. « La période des feux, jusqu'ici cantonnée à juillet et août, déborde sur l'automne et les zones inflammables gagnent même des régions plus au nord », constate le pompier, également viticulteur. Il connaît la musique par cœur : les vendanges toujours plus précoces, la sécheresse toujours plus intense.