Le bois, ce matériau prétendu bon élève

Publié le par Les Echos via M.E.

Le Grenelle de l'environnement a décidé qu'en 2022, tout le nouveau bâti devra utiliser du bois. Une démarche qui se veut écologique, mais qui conduit à importer massivement du bois de l'étranger alors que d'autres matériaux, sur place, pourraient être utilisés avec une meilleure empreinte carbone, estime Lauranne Schied.

En France, 80 % du bois utilisé est d'origine autrichienne. (Shutterstock)

En France, 80 % du bois utilisé est d'origine autrichienne, allemande ou scandinave. Ce chiffre est particulièrement surprenant quand on sait que le Grenelle de l'environnement a décidé qu' en 2022, tout le nouveau bâti devra utiliser du bois , dans une logique de réduction des émissions de CO2. Cela est d'autant plus étonnant lorsqu'on comprend que 30 % de notre territoire est recouvert de forêts. Alors, qu'est-ce qui fait que la filière bois se trouve en grande difficulté en France aujourd'hui ?

La filière bois en France est soumise à une double pression : d'une part, elle doit faire face aux exigences du Grenelle de l'environnement, dont l'échéance arrive à grands pas et, d'autre part, elle doit se remettre de la crise du Covid-19, qui a fait grimper la demande par un faux rebond.

En effet, du fait des confinements successifs, les chantiers de construction ont tous été mis à l'arrêt, entraînant un déséquilibre conjoncturel qui a subitement fait exploser le prix du bois sur le marché mondial. Les retards s'accumulent sur les chantiers, et dans le même temps leur coût augmente de manière alarmante.

Les acteurs de la filière en difficulté

A cela s'ajoute un accaparement de notre bois par les Américains et les Chinois, dont la demande augmente depuis le début de l'année. En cause, une forte pénurie de bois que connaissent les deux pays. Aux Etats-Unis, cette pénurie s'explique par le fait que Donald Trump, alors président, avait décidé de taxer le bois canadien, forçant les entreprises américaines à s'approvisionner auprès des pays européens.

Tous les acteurs de la filière se retrouvent alors en difficulté : grands groupes (Vinci, Eiffage…), maîtres d'oeuvre, négociants de matières premières et architectes sont dans une impasse.

Importation de bois étranger

Avec une maison sur dix construites en bois cette année en France grâce au bois étranger, on peut se demander quelle logique sous-tend la pression mise par le gouvernement pour que le bâtiment se verdisse. Ainsi, le bois apparaît comme le matériau refuge de l'habitat écologique. Or ce recours systématique au bois pour la construction est-il vraiment pertinent ? Est-ce une solution aussi écologique que nous avons pour habitude de le penser ?

Des ressources à portée de main

En utilisant les ressources que nous avons à portée de main, nous pouvons imaginer un immobilier conscient qui fait preuve de bon sens et une démarche qui ne néglige aucun paramètre, aussi bien humain qu'écologique. En recourant au granit lorsque l'on érige en Bretagne, au pisé lorsque l'on construit dans le centre de la France, à la roche lorsque l'on est en région parisienne - voire à la brique pour les habitats du Nord - je suis convaincue que nous pouvons concevoir et réaliser des lieux qui tissent du lien, qui créent une harmonie entre la nature et ses habitants.

Unicité, authenticité et bon sens sont les maîtres mots d'une démarche immobilière qui saura redonner à ce métier indispensable toute sa part d'impact positif. La durabilité de nos projets tiendra à la sagesse que l'on réussira à réinstaurer dans nos modes de construction, et non à l'utilisation systématique d 'un matériau prétendu bon élève , qui est loin de cocher toutes les cases.

A lire aussi : Les forêts sont-elles le charbon d’hier ? https://planete.lesechos.fr/enquetes/les-forets-sont-elles-le-charbon-dhier-6737/