RTE lance son expérimentation à grande échelle du stockage d'électricité par batteries

Publié le par M.E.

C'est parti pour le projet Ringo de RTE. Cette expérimentation de gestion automatisée de stockage d'électricité à grande échelle a débuté le 2 juillet dernier, pour une durée de trois ans. Trois sites participent : Bellac près de Limoges avec des batteries fournies par Saft en consortium avec Schneider Electric ; Vingeanne-Jalancourt près de Dijon avec le fabricant Nidec ; et Ventavon près de Sisteron avec des batteries du groupe Bolloré en consortium avec SCLE-SFE, Ineo Postes et Centrales. Au total, environ 100 MWh de capacité de stockage sont installés sur les trois sites.

Principe du projet Ringo de RTE. Source : RTE

Objectif ? Tester la gestion automatique des surplus de production d'électricité renouvelable. Car, en cas d'ensoleillement important ou de vent fort, la production locale d'électricité éolienne ou solaire peut augmenter fortement et devenir trop abondante pour être transportée par le réseau électrique. Les trois sites de batteries de stockage seront pilotés à distance grâce à des automates collectant des données en temps réel. Les capteurs installés sur le réseau mesureront les flux d'électrons à chaque instant. Des algorithmes optimiseront le stockage en temps réel.

« En stockant ce surplus de production, et en le déstockant ailleurs simultanément, la batterie Ringo permet d'éviter les pertes de production d'électricité d'origine renouvelable et évite la construction de nouvelles lignes », explique RTE. Ce projet est en effet l'illustration du concept de ligne virtuelle présenté par le gestionnaire de réseau en 2017. Le concept de lignes virtuelles s'appuie sur des moyens de stockage qui se substituent à des lignes électriques classiques. Lorsqu'une ligne physique est saturée, une batterie stocke l'électricité excédentaire en amont de la ligne saturée. Au même instant, une ou plusieurs batteries délivrent exactement la même quantité d'électricité ailleurs sur le réseau. Les sites de production et de consommation sont virtuellement reliés, grâce à des batteries disposées aux points névralgiques du réseau et fonctionnant en vases communicants.