Stopper l'érosion du vivant : le rapport Planète Vivante 2020 du WWF

Publié le par WWF via M.E.

Depuis 1998, nous publions tous les deux ans le Rapport Planète Vivante qui mesure l'état de la biodiversité sur la planète. Cette année encore, le constat est sans appel. Il est temps de répondre au SOS que la nature nous envoie.

Notre santé dépend de celle de la planète

Arnaud Gauffier, Directeur des programmes du WWF France : « La pandémie de Covid-19 doit être le signal d’alarme : changeons notre rapport au vivant et exigeons des décideurs une réelle protection de la biodiversité, maintenant. »

L’épidémie de COVID-19 ne fait que confirmer ce que nous savions déjà : on ne peut vivre en bonne santé sur une planète malade. La destruction de l'environnement contribue à l’émergence de zoonoses, ces maladies transmises de l’animal à l’homme. 

Chaque jour, les activités humaines grignotent les écosystèmes naturels, réduisant le territoire des espèces sauvages qui sont amenées à se rapprocher des populations humaines, augmentant ainsi les risques de contamination.

La nature décline à un rythme effarant et c’est ainsi notre assurance vie que nous mettons en jeu. Pourtant, malgré tous les signaux que la planète s’évertue à nous envoyer, nous continuons à détruire le vivant. Le mépris flagrant de l'environnement enraciné dans notre modèle économique actuel, abîme chaque jour un peu plus le monde sauvage.

Les chiffres sont là, accablants. Selon l’IPV (Indice Planète Vivante), entre 1970 et 2016, la taille moyenne des populations de vertébrés sauvages a décliné de 68%. Autrement dit, en moins d’un demi siècle, les effectifs de plus de 20 000 populations de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et de poissons ont chuté des deux tiers ! En cause la destruction de l'environnement - comme la déforestation, l'agriculture non soutenable et le commerce illégal d'espèces sauvages.

Pourtant, les décideurs ne semblent pas avoir pris conscience de la gravité de la situation. Ni les accords de politique internationale ni les signaux d’alarme lancés par les scientifiques n’ont permis d’enrayer l’appauvrissement de la biodiversité. Il nous faut être plus ambitieux afin de non seulement mettre un terme à l’érosion du vivant, mais aussi d’infléchir la courbe du déclin de la biodiversité.

Un changement culturel et systémique profond est absolument nécessaire. Un virage que pour l’instant, notre civilisation n’a pas été en mesure de prendre. Notre système économique doit évoluer vers un modèle qui valorise la nature. Notre société, toute entière, doit mettre le vivant au coeur de son organisation. Nous devons rééquilibrer notre relation avec la planète afin de préserver l'incroyable diversité du vivant sur Terre et de favoriser une société juste, saine et prospère.

Au cours des cinquante dernières années, notre empreinte écologique - qui mesure l'impact des activités humaines sur la nature - a augmenté de 190%. Aujourd'hui, nous sommes nombreux·ses en France à vouloir inverser la tendance et nous avons les clés pour agir, petit à petit, à notre échelle. Pour y parvenir, commençons par diminuer de moitié notre consommation de viande, lutter contre le gaspillage alimentaire et privilégier les aliments issus de production sans pesticides.

Téléchargez l'app We Act for Good (si ce n'est pas déjà fait) et choisissez les défis que vous souhaitez relever pour faire évoluer vos habitudes, à votre rythme. Il y en a pour tous les goûts, alors à vous de jouer !

Lire le rapport ici (English only) : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2020-09/20200910_Rapport_Living-Planet-Report-2020_ENGLISH_WWF-min.pdf

Lire la synthèse ici (en français) : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2020-09/20200910_Synthese_Rapport-Planete-Vivante-2020_WWF-min.pdf

Téléchargez le communiqué de presse : https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/rapport-planete-vivante-2020