La circulation du COVID ne ressort pas de la fatalité

Publié le par M.E.

A écouter nos ministres ou nos responsables politiques, on devrait admettre que les Français ont une attitude de prévention exemplaire (respect des mesures barrière). Si cela s'avérait vrai, ceci amènerait donc à s'interroger sur les raisons d'une circulation toujours aussi importante du virus. Je crois interpréter cet excès de louanges sur le comportement des Français comme un manque flagrant de contact avec le réel quotidien de la part de nos élites.

En étant très souvent dans la rue et les espaces publics ainsi que dans les commerces, je constate une grande proportion de comportements inappropriés ou désinvoltes quant au respect des mesures barrière.

C'est, par exemple, le non respect des distances physiques dans les commerces. En France, on demande un mètre au minimum alors que dans des pays voisins cette distance est considérée comme trop courte et ceux-ci demandent le respect d'une distance d'un mètre cinquante ou de deux mètres.

C'est surtout le port désinvolte ou défectueux du masque. Certains le portent au bout du nez créant ainsi des espaces créés laissant passer l'air potentiellement contaminée sans barrage filtrant. D'autres le portent sous le menton, y compris dans un espace clos. D'autres portent un masque qui n'épousent pas correctement le visage et sont contraints régulièrement de remonter leur masque parce que les élastiques sont trop grands. Il y aussi cette grande innovation qui consiste à croiser les élastiques et qui conduit le masque à se transformer avec deux tunnels de passage d'air à droite et à gauche du visage.

Au quotidien, on constate de nombreuses personnes discutant sans masques côte à côte dans la rue ou en bas des immeubles de bureaux. Dans le même ordre idée, il y a celles et ceux qui fument côte à côte aux pied des immeubles et qui ne se protègent pas et ne protègent pas les autres !

Et puis pour terminer par le plus lamentable, ces personnes "seules au monde" qui n'ont aucun scrupule à faire circuler le virus en organisant des soirées clandestines (sans masque bien entendu !). Le virus contamine un grand nombre de ces jeunes personnes et celles-ci restent, le plus souvent, asymptomatiques lorsqu'elles sont contaminées. Dans un deuxième temps à la rencontre de personnes âgées et/ou plus fragiles, elles rendent possible la contamination à une grande échelle. Voici, ci-après quelques exemples relevés par la Voix du Nord :

https://www.bfmtv.com/grand-lille/lille-une-etudiante-en-medecine-en-garde-a-vue-apres-l-organisation-d-une-fete-de-60-personnes_AN-202101220165.html

https://www.lavoixdunord.fr/925008/article/2021-01-24/lille-deux-gardes-vue-et-40-pv-apres-une-fete-cette-nuit-rue-des-stations

https://www.lavoixdunord.fr/925497/article/2021-01-25/lille-pv-garde-vue-poursuites-le-point-apres-trois-fetes-stoppees-en-un-mois

Enfin, pour mémoire, il y aussi ceux qui oublient que le virus ne fait pas de "pause", ni de "cesser le feu" pendant les repas pris en commun, côte à côte, en entreprise ou dans les réunions de famille.

Alors si nous étions tous responsables et si nous considérions qu'il faut protéger autrui comme soi-même, nous respecterions les mesures barrière, c'est à dire le port correct du masque, la distanciation physique, l'aération suffisante et très régulière des endroits clos, le lavage des mains, etc. sans problème.

M.E.

Publié dans COVID-19, Santé, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :