Electricité dans l’UE : la part de l’éolien à 16% en 2020, malgré le COVID-19

Publié le par Euractiv via M.E.

L’énergie éolienne a fourni 16,4 % de l’électricité de l’UE et du Royaume-Uni en 2020, ce qui rapproche l’industrie de son objectif de produire 50 % de l’électricité totale de l’Union d’ici 2050. Mais les problèmes d’autorisation, les blocages et les changements de réglementation menacent de ralentir la poursuite du déploiement, met en garde l’industrie.

Le Danemark a vu près de la moitié de son électricité fournie par le vent en 2020, tandis que l’Irlande en a vu 40 % et que l’Allemagne et le Royaume-Uni en ont chacun 27 %.

Mais même si 14,7 GW ont été mis en service en 2020, l’année dernière a connu une baisse des installations, notamment une chute de 22 % de l’éolien terrestre, les retards dans la chaîne d’approvisionnement et les blocages ayant entravé les progrès.

Les Pays-Bas ont installé les plus grandes installations, l’Allemagne arrivant en deuxième position. Il y a également de nouveaux acteurs, comme la Pologne, qui a connu une croissance significative de 53 MW en 2019, car la plupart des 1 GW mis aux enchères en 2018 ont été mis en ligne. La Russie a également été parmi les étoiles montantes, avec 0,8 GW mis en service.

« Cette année, la diversification a été beaucoup plus importante que les années précédentes. Vous voyez de nouveaux visages dans le top cinq », a déclaré Ivan Komusanac, analyste de l’organisation WindEurope.

Il y a actuellement environ 220 GW de capacité éolienne en Europe, l’Allemagne étant loin devant. Parmi les nouveaux acteurs figurent la Suède et la Turquie, qui commencent à constituer des flottes, et la Pologne, qui devrait augmenter sa capacité dans la seconde moitié de la décennie.

Mais M. Komusanac a averti que les pays de l’UE ne sont pas encore assez ambitieux pour atteindre l’objectif actuel de la Commission en matière d’énergies renouvelables d’ici 2030, sans parler de l’augmentation prévue pour atteindre le nouvel objectif climatique.

Il a déclaré que les pays devraient installer 18 GW chaque année, mais que les plans actuels sont inférieurs d’au moins 3 GW à ce chiffre.

Dans ses scénarios actuels, WindEurope s’attend à ce que 105 GW soient installés au cours des cinq prochaines années, mais prévient que ce chiffre pourrait descendre jusqu’à 79 GW si les restrictions liées au COVID, les problèmes de permis et les retards dans la construction du réseau se poursuivent.

« Nous devons également nous assurer que les gouvernements font leur travail en matière de permis. Si vous voulez atteindre l’objectif de -55%, il y aura un besoin bien plus important d’éoliennes offshore », a déclaré M. Komusanac.

Il a ajouté que le financement de la relance est absolument crucial pour l’industrie éolienne et doit être utilisé pour construire les réseaux et les infrastructures, y compris les ports et les routes pour l’énergie offshore.

Les vieilles turbines et les questions de permis

Le vieillissement des turbines est un autre problème auquel est confrontée l’industrie éolienne. Environ 26 GW de capacité auront plus de 20 ans dans les cinq prochaines années, et 1,5 GW aura plus de 30 ans. Les nouvelles turbines sont beaucoup plus efficaces, mais il peut être difficile d’obtenir des permis pour les remplacer, car la réglementation sur la hauteur maximale peut avoir changé depuis la construction des anciens parcs éoliens et les nouvelles turbines ont tendance à être plus hautes.

Certains problèmes de planification peuvent être contournés en apportant de petites modifications, comme l’installation de nouvelles pales et boîtes de vitesses, mais au bout du compte, il faudra les remplacer, sinon le potentiel sera perdu.

« 7 GW auront complètement disparu. Il s’agira de projets entièrement déclassés qui seraient complètement perdus, nous perdrions cette électricité propre que nous recevions depuis 20 ans ou plus », a déclaré l’expert.

C’est devenu une question sensible en Allemagne, qui est confrontée à des problèmes croissants d’acceptation par le public et de lenteur dans le remplacement des turbines. Pour y remédier, Ivan Komusanac a souligné la nécessité d’impliquer la population locale dans les processus de planification.

« Le moyen le plus simple est d’impliquer la communauté locale le plus tôt possible. De cette façon, vous réduirez le risque d’avoir une faible acceptation du public », a-t-il déclaré.

M. Komusanac a également souligné que l’industrie éolienne peut contribuer à la requalification des travailleurs dans le cadre de programmes nationaux de « transition équitable ». Actuellement, l’industrie emploie 300 000 personnes en Europe, mais ce chiffre devrait passer à 450 000 dans les dix prochaines années.

La directive européenne sur les énergies renouvelables comprend déjà des dispositions visant à accélérer les procédures d’autorisation, mais celles-ci ne sont pas encore appliquées. L’UE prévoit de la réviser et WindEurope se concentrera sur les moyens d’améliorer les procédures d’autorisation.

Source : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/plus-de-16-de-lelectricite-de-lue-est-venue-de-leolien-en-2020-malgre-les-retards-lies-au-covid/

A lire aussi : UE : l’éolien en mer « devrait être multiplié par 25 d’ici à 2050 » https://www.euractiv.fr/section/energie/news/leak-eu-seeks-250-growth-in-offshore-wind-by-2050/

L’éolien en mer : un dossier français tempétueux https://www.euractiv.fr/section/energie/news/leolien-en-mer-un-dossier-francais-tempetueux/

Publié dans Energie, Climat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :