La population ne veut pas écouter les messages concernant le climat en relation avec sa responsabilité

Publié le par Anthropocene via M.E. (traduction)

Arrêter le changement climatique nécessite à la fois des changements de comportement individuels et une action politique collective. Comment amener les gens à faire ce que nous devons faire à cet égard ? Avec des messages très, très soigneusement conçus, c'est ce qu'une nouvelle étude suggère. Les répondants au sondage préfèrent des solutions qui ciblent les producteurs plutôt que les consommateurs de biens à forte intensité de carbone.

Jusqu'à présent, il y a eu étonnamment peu de recherches sur les approches de communication qui incitent les gens à changer leurs actions ou à voter pour des candidats "pro-climat". Certains indices suggèrent que des messages ciblés sur le changement climatique peuvent changer les croyances des gens en faveur de l’action climatique. Mais d’autres preuves suggèrent que les gens n’aiment pas sentir leur liberté de choix menacée et préféreraient des solutions "en amont" qui ciblent les producteurs plutôt que les consommateurs de biens à forte intensité de carbone. La nouvelle étude renforce ces dernières perceptions.

Des chercheurs de la Georgia State University ont mené une enquête en ligne auprès de 1 915 personnes aux États-Unis. Ils ont conçu l’enquête pour comprendre comment le contenu des messages sur le changement climatique (qu’ils se concentrent sur le comportement individuel ou l’action politique collective) et, qui les transmet, affecte les attitudes des gens.

Les participants à l’enquête ont tout d’abord vu l’un des six messages sur le changement climatique :

  • une affirmation de "base" selon laquelle le changement climatique est une menace pour l’environnement et la sécurité nationale des États-Unis ;
  • la première affirmation plus la recommandation que les individus prennent des mesures telles que prendre moins de vols en avion, manger moins de boeuf et ajuster le thermostat ;
  • la première affirmation plus la recommandation que le pays adopte de nouvelles lois pour réduire la pollution par le carbone, oblige les entreprises et l'industrie à passer aux sources d'énergie renouvelables, à accroître l'efficacité énergétique des véhicules, etc. ;
  • et les trois mêmes affirmations attribuées aux climatologues.
Ensuite, on a posé aux participants une série de questions sur leurs attitudes face au changement climatique. Leurs réponses ont révélé que les affirmations mettant l’accent sur le comportement personnel peuvent avoir pour effet paradoxal de réduire la volonté des gens de lutter contre le changement climatique.

Les participants à l'enquête, qui avaient lu l'affirmation contenant la recommandation générale (non attribuée aux climatologues) concernant la prise de mesures individuelles, étaient en fait moins disposés à prendre des mesures pour réduire leurs propres émissions de gaz à effet de serre que ceux qui liraient la déclaration de base.
Ceux qui avaient vu une affirmation sur le changement de comportement individuel - attribué ou non aux climatologues - étaient également moins susceptibles de dire qu'ils voteraient pour des candidats politiques favorables à l'action climatique, moins susceptibles de croire que le changement climatique se produit plus rapidement maintenant en raison de l'activité humaine, et moins susceptibles de dire qu'ils font confiance aux climatologues pour fournir des informations précises et impartiales.

«Les affirmations qui impliquent la nécessité de sacrifices individuels dans le style de vie qui seront nécessaires pour réduire les émissions se traduisent ainsi par une réponse négative à l'ensemble du message, y compris un scepticisme accru à l'égard de la science du climat et la confiance dans les climatologues», écrivent les chercheurs. «Les affirmations sur les politiques qui toucheraient les autres, comme les taxes sur l'industrie et les entreprises ou sur les émetteurs de carbone, sont plus acceptables et n'entraînent pas une réponse aussi négative
Parce que le changement climatique est une question politiquement polarisée aux États-Unis, les conservateurs et les républicains étant généralement opposés à l'action climatique et niant souvent la science du climat, les chercheurs ont également pris note de la correspondance entre les convictions politiques des participants et leurs réponses. Ils ont constaté que les messages axés sur le comportement personnel ou sur le changement de politique érodaient l'engagement à l'action climatique pour les personnes qui se décrivaient comme des indépendants politiques.

«Le fait que les Indépendants aient réagi si négativement à ces messages dans notre étude mérite une étude plus approfondie», écrivent les chercheurs. «Les recherches futures devraient identifier les actions ou politiques spécifiques qui seront acceptables pour des groupes d'auditeurs particuliers afin que l'ensemble du processus ne se retourne pas
 
Source : American Meteorological Society, Palm R. et al.Don’t Tell Me What To Do’: Resistance to Climate Change Messages Suggesting Behavior Changes.” Weather, Climate, and Society 2020.