COVID-19 : Pourquoi cette transmission fulgurente du virus. Il y a des trous énormes dans le dispositif de prévention.

Publié le par M.E.

Une attitude trop "hospitalo-centrée" : Au lieu d'avoir comme objectif principal d'éviter toute contamination des français quelques soient leurs âges, les pouvoirs publics (conseillés par les médecins) se focalisent sur un seul objectif : ne pas saturer les services de réanimation des hôpitaux. Notre pays se retrouve ensuite débordé par l'explosion des contaminations, car l'Etat néglige la vraie prévention des citoyens en ne pratiquant pas une analyse méticuleuse des risques et en ignorant de nombreux lieux et configurations propices à la contamination dans la vie quotidienne.

Source : https://www.coronavirus-statistiques.com
Source : La Voix du Nord

Pour en savoir plus sur la situation de la pandémie de COVID-19 en France : suivez ce dossier constamment réactualisé du quotidien Le Monde : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/coronavirus-age-mortalite-departements-pays-suivez-l-evolution-de-l-epidemie-en-cartes-et-graphiques_6038751_4355770.html et pour la situation mondiale : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/27/coronavirus-visualisez-les-pays-qui-ont-aplati-la-courbe-de-l-infection-et-ceux-qui-n-y-sont-pas-encore-parvenus_6034627_4355770.html

1. Pour des raisons que l'on peut imaginer, l'Etat et les élus locaux ignorent la réalité du comportement des clients, souvent jeunes dans les bars et restaurants. Des tablées immenses, l'absence d'une distance suffisante entre les tables est propice à la création de foyers de contamination ("clusters").

En outre, pour aggraver le constat, certains bars se substituent aux boites de nuit (qui ne peuvent actuellement rouvrir) dans l'animation nocturne avec un respect des mesures sanitaires très perfectible.

Il existe aussi les soirées organisées dans les studios ou appartements des étudiants où l'on danse, boit, en étant sans masque, et très proches les uns des autres. Ajoutons que ceux-ci pour éviter d'avoir des plaintes du voisinage n'aèrent pas leur lieu de réception privée.

Ils font la fête dans un appartement à Lille

Les spécialistes d'infectiologie sont unanimes à constater que cette population jeune laisse circuler librement le virus, qui ne laisse pas souvent de symptômes chez cette population. Mais cette dernière devient une source très active de contamination pour des populations plus fragiles que ces jeunes vont inévitablement, tôt ou tard, côtoyer. D'autres jeunes vont garder des séquelles durables.

2. Le législateur a complètement laissé de côté les immeubles d'habitation collective qui offrent des opportunités de contamination dans les parties communes souvent mal aérées : escaliers, cabines d'ascenseur, couloirs, locaux des ordures, etc…

3. Par période de forte chaleur et de vent très faible, de nombreuses rues se comportent en "canyon" et l'affluence peut y être importante et la contamination devient donc possible.

4. Le port du masque exige un minimum de rigueur. Un petit sondage effectué en circulant dans une rue commerçante de Lille montre que pour 20% des personnes (1 sur 5) le masque n'est pas porté ou est mal porté. On croise les attaches du masque (Cette pratique a été promue par les réseaux sociaux !) pour "respirer mieux" en le rendant fuyard !

Sur cette photo, on perçoit un passage d'air des 2 côtés du masque

Or certaines personnes même dans des lieux clos le portent sous le menton ou sans réel ajustement au niveau du nez.

Trop de clients enlèvent leurs masques à l'intérieur d'un commerce laissant potentiellement le virus se propager

J'ai constaté que certains commerçants ou serveurs de bars ne portaient pas de masque en servant des clients.

5. On voit aussi des commerçants qui remplacent le masque par une visière en plexiglas et cette dernière n'est ni une protection réelle pour le porteur, ni un barrage à l'émission de micro-gouttelettes ou d'aérosols venant de celui-ci [1]

Port d'une visière en plexiglas sur un marché

J'ai vu dans un salon de coiffure, une coiffeuse portant une mini-visière seulement devant la bouche et bien sûr étant à très faible distance de sa cliente, elle masquée.

Port de mini-visières de bouche dans une patisserie

A lire aussi ce témoignage paru dans la Voix du Nord du 1er août 2020 : "J’arrive l’autre jour chez mon coiffeur habituel et je constate que plusieurs client(e)s ne portent pas de masque, que ceux du personnel sont pour la plupart portés sous le nez, voire retirés pour parler, que la distanciation n’est plus vraiment respectée tandis que, forcément, les sèche-cheveux brassent allègrement l’air du salon, sain ou vicié. Je n’ai vu aucune désinfection de fauteuil ou matériel. Bref, on était loin des mesures « obligatoires » dans les salons de coiffure et d’ailleurs toujours affichées à l’entrée…"

6. Dans les cinémas, alors que la grande proximité est une réalité entre les spectateurs assis, même si la distance (faible) d'un mètre doit être respectée, le port du masque pendant la projection n'est toujours pas rendu obligatoire, ce qui choque la majorité des médecins infectiologues.

7. Dans les trains, les passagers restent souvent longtemps côte à côte, quelquefois entassés, pendant un trajet et, avec une ventilation loin d'être au même niveau que celle des avions de transport [2].

Je ne suis pas convaincu dans ce cas par la protection offerte par des masques grands public ou en tissu plus ou moins de bonne qualité et donc plus ou moins filtrants. Les masques de norme FFP2 devraient être obligatoire, car il n'y a pas de distanciation physique suffisante, ni de ventilation suffisante.

8. Quant au monde du travail, chacun connaît les énormes disparités entre les secteurs d'activité et la différence de qualité des politiques de prévention en santé et sécurité au travail. Le secteur du BTP a toujours gardé la palme du secteur le plus accidentogène. Lorsqu'on circule dans notre ville, on s'aperçoit vite que des mesures élémentaires ne sont pas respectées sur des chantiers comme par exemple le port de protection oculaire et respiratoire, la protection auditive dans le cas d'opérations provoquant énormément de poussières : meulage ou sciage de dalles ou de pavés. Ce laxisme dans l'application de mesure de prévention ne peut que se poursuivre dans le cas du COVID-19.

Deuxième point : les repas au restaurant d'entreprise, dans un local dédié ou à l'extérieur. Ces moments où les collègues sont souvent ensemble et rapprochés, dépourvus de masques, offrent des occasions de contamination et de dissémination du virus à grande échelle.

9. Enfin la distanciation physique de 1 mètre seulement est jugé très insuffisante par les spécialistes. Dans la plupart des pays voisins, celle-ci a été fixée à 1,50 m et dans d'autres à 2 m. Ces dernières valeurs sont cohérentes avec un risque acceptable compte-tenu de l'état des connaissances actuelles sur la durée de vie d'un aérosol de COVID-19 dans un espace clos ou ouvert et mal aéré.

Voila quelques points qui montrent l'incomplétude du dispositif de prévention actuel.

Le recensement fait des points oubliés n'a pas la prétention d'être exhaustif.

Une autre interrogation importante demeure : qui a la charge de faire respecter les mesures barrière dont la distanciation physique et le port du masque ? Est-ce la police nationale ? Est-ce les maires avec leur police municipale ? Si oui, donnera-t-on les moyens à ceux-ci pour le faire ?

Tout cela est loin d'être clair pour le grand public et peut-être même pour ceux qui seraient en-charge de faire respecter les mesures préventives !

M.E.

[1] Dernières confirmations concernant les moyens de protection face au COVID-19 http://www.vigieecolo.fr/2020/07/dernieres-confirmations-concernant-les-moyens-de-protection.html

[2] Déconfinement : l'air dans les trains est-il moins pur que dans les avions ? http://www.vigieecolo.fr/2020/06/deconfinement-l-air-dans-les-trains-est-il-moins-pur-que-dans-les-avions.html