Communiqué de l’Académie : Masquez-vous, masquez-vous, masquez-vous !

Publié le par Académie de Médecine via M.E.

Le SARS-CoV-2 ne prenant pas de vacances, des signaux concordants témoignent d’une résurgence inquiétante de l’épidémie de COVID-19 en France et dans les pays voisins depuis le début du mois de juillet. La tendance au relâchement dans l’observation des mesures barrière, constatée depuis la sortie du confinement [1], s’est accentuée avec la saison estivale. La période des congés a multiplié les risques à la faveur des déplacements de population vers les zones touristiques du territoire national : utilisation de moyens de transport bondés, fréquentation de marchés et de lieux de forte affluence, réunions familiales, mariages et soirées festives.

Les indicateurs épidémiologiques montrent clairement que l’épidémie de COVID-19, loin de s’achever au début de l’été comme le SRAS en 2003, reprend un nouvel essor et s’étend dans des régions qui avaient été relativement épargnées jusqu’à présent.

Considérant la menace d’un re-confinement partiel ou généralisé, il devient nécessaire et urgent de lever les ambigüités trop longtemps entretenues dans les messages de prévention et de délivrer une information claire.

À la doctrine « testez, testez, testez » émise le 16 mars par le directeur général de l’OMS, réponse nécessaire mais insuffisante pour contrôler l’épidémie puisque l’intensification du dépistage n’évite pas la diffusion du virus, doit s’ajouter l’injonction « masquez-vous, masquez-vous, masquez-vous ».

S’agissant du port du masque « grand public », l’Académie nationale de médecine :

  • rappelle que c’est le moyen le plus efficace pour éviter la transmission du SARS-CoV-2 de personne à personne dès lors qu’il est appliqué par tous dans l’espace public [2] ;
  • demande que cette mesure majeure soit placée en tête des gestes barrière dans les messages radiophoniques et télévisés pluri-quotidiens émis par Santé Publique France [3] ;
  • recommande l’utilisation de masques en tissu, lavables et réutilisables, de préférence aux masques dits « chirurgicaux », à usage unique donc plus onéreux et sources de pollution environnementale ;
  • désapprouve le principe d’une fourniture gratuite de masques par l’État, sauf pour les personnes les plus précaires, contraire à la nécessaire mise en responsabilité de chaque citoyen [2] ;
  • encourage les autorités locales, régionales ou municipales, à rendre obligatoire le port du masque dans tous les espaces ouverts accueillant du public où les mesures de distanciation ne sont pas réalisables.

Références :

  1. Communiqué de l’Académie nationale de médecine « Port du masque contre la Covid-19 : un geste obligatoire et non aléatoire », 15 juillet 2020.
  2. Communiqué de l’Académie nationale de Médecine « Aux masques citoyens ! », 22 avril 2020.
  3. Communiqué de l’Académie nationale de Médecine « Recommander le port du masque sans masquer la vérité », 7 mai 2020.

Publié dans COVID-19, Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :