L'action publique face à la crise du COVID-19

Publié le par Institut Montaigne via M.E.

L’Institut Montaigne a souhaité livrer une première analyse de la gestion de la crise en France pendant les quatre mois de la crise sanitaire, de l’apparition des premiers cas domestiques à la fin du mois de janvier 2020, jusqu’à la mise en œuvre du dé-confinement au mois de mai. Retour sur un défi sanitaire inédit.

Quel regard porter sur l’attitude de notre pays durant la crise ? Quelles ont été nos réussites ? Nos échecs ? Quelles difficultés ont pu être rencontrées par les acteurs de terrain, les entreprises, les médecins et les scientifiques, les collectivités locales ou encore les hauts fonctionnaires ? Pourquoi ? Et surtout, comment préparer l’avenir désormais ? Quels enseignements tirer de cette expérience pour améliorer l’action publique ?

La note ouvre de nombreuses questions. Pour y répondre, nous nous sommes basés sur une cinquantaine de témoignages de personnalités issues du monde de l’entreprise, de la médecine et de la science, des collectivités locales ou de l’administration de notre pays, d’une part, et sur les benchmarks internationaux réalisés par l’Institut Montaigne, d’autre part, concernant les réponses d’Asie orientale et d’une dizaine de pays européens face à la crise.  

Ils révèlent que si notre système a tenu grâce à l’engagement exceptionnel des personnels de santé, et si des mesures rapides et efficaces ont permis de soutenir le tissu économique pendant la première phase du choc, la gestion de la crise par l’État a révélé des dysfonctionnements de l’action publique qui renvoient à des traits structurels.

Lire la suite ici sur le site de l'Institut Montaigne

Téléchargez ici la note de l'Institut Montaigne

L'auteur : Nicolas Bauquet est historien et directeur des études de l’Institut Montaigne. Avant de rejoindre l’Institut en 2018, il était conseiller de coopération et d’action culturelle du Bureau français de Taipei et au service du développement du "soft power" français en Asie. De 2010 à 2014, il était conseiller culturel de l’ambassade de France près le Saint-Siège et directeur du centre culturel français de Rome.