Le déconfinement est-il un retour au naturel individualiste et égocentré ?

Publié le par M.E.

A force de déresponsabiliser les citoyens, de tronquer les informations scientifiques et de prévention [1],[2], d'oublier de transmettre avec pédagogie des consignes sanitaires claires, ce qui devait arriver, arrive. En effet, tout laisse à pense que pour une proportion de français, la pandémie COVID-19 fait désormais partie du passé. "Revenons donc à nos comportements antérieurs, égocentrés et individualistes, sans le moindre souci ..."

Nous le savons tous, nos gouvernants et les responsables de la santé nous ont menti concernant les masques pour tenter honteusement de cacher qu'ils ne disposaient d'aucun stock de masques type FFP2 ou FFP3 (normes N95 et N99 aux USA) et pas tellement plus de masques chirurgicaux. C'est ainsi qu'on a inventé des messages absurdes : les masques sont utiles pour les soignants, mais inutiles pour la population qui n'est pas malade.

Ce qui est grave, c'est d'avoir ainsi accepté pendant plusieurs mois de gérer la pénurie au lieu de commander d'urgence des masques dans les pays qui les fabriquent que ce soit en Europe comme en Asie.

En agissant ainsi, la population non protégée s'est contaminée elle-même grâce aux contacts interpersonnels dans les familles, dans les réunions diverses, commerces, lieux publics et transports.

Le port du masque entre deux personnes qui sont proches constitue une double barrière [5], [14] entre l'émetteur et le récepteur quelle que soit la situation :

  • entre une personne contaminée et une autre,
  • entre deux personnes contaminées,
  • entre deux personnes non-contaminées.

Il a semblé à tous les citoyens qu'ainsi l'Etat et les autorités sanitaires ne géraient que la pénurie de masques en servant les services d'urgence et, beaucoup moins le reste dont les autres personnels hospitaliers, les médecins de ville, les aides à domicile, les soignants des EPHAD, etc.

Aujourd'hui, quel désordre dans le port du masque !

Les autorités sanitaires et l'Etat n'ont donc pas rendu obligatoire le port du masque dans l'espace public, contrairement aux avis répétés de l'Académie Nationale de Médecine et, contrairement à l'expérience réussie de nombreux pays asiatiques ou de pays européens de l'Europe centrale.  Citons l'Académie Nationale de Médecine [4]  : "Elle déplore que le port du masque "grand public", mesure majeure pour prévenir la transmission du SRAS-CoV-2, ne figure pas parmi les 5 gestes barrière répétés pluri-quotidiennement par les autorités sanitaires."

Le port du masque a donc été laissé à la libre appréciation des responsables de commerce : c'est ainsi que des grandes enseignes comme le Printemps ou la FNAC ont imposé l'obligation et d'autres comme le Furet du Nord ou les supermarchés Match et Carrefour ont laissé le choix au client. Drôle de choix d'ailleurs puisque ces enseignes ont pris la responsabilité de protéger leur personnel, mais ont laissé la liberté aux clients de se contaminer entre eux dans ces endroits clos et mal aérés.

C'est ainsi que, puisque tout est "à la carte", les rues commerçantes de Lille, comme la rue de Béthune, étaient caractérisées le 16 mai 2020 par un port du masque très généralisé. Mais, en allant ensuite, au Parc de la Citadelle de Lille et dans ses abords, je constatais des attroupements, des groupes assis ou debout de jeunes qui étaient agglutinés et ne portant aucun masque de protection.

Or ceux-ci sont la plupart du temps des étudiants. Quelle analyse faire de ce constat ?

  1. Le premier est que le non-port du masque est en totale adéquation avec un individualisme bien répandu chez nombre de nos concitoyens : "En tant que jeune, je sais que je ne crains rien et je me fiche de contaminer autrui" (les personnes plus âgées en particulier)
  2.  Je me sens en bonne santé, et j'ignore que je peux être "pré-symptomatique" ou "asymptomatique" et donc que je peux contaminer autrui.
  3. J'ai été confiné chez mes parents, et je n'ai pas suivi les informations (ni presse écrite, ni médias audiovisuels).

Parmi celles et ceux qui portent le masque, on peut aussi faire un peu d'ethnologie

  • Variante 1 : Le masque couvre seulement la bouche, ne sert donc qu'à cacher ma bouche et éventuellement, empêcher une partie des aérosols émis de rejoindre une autre personne. Mais bien évidemment, je peux respirer des aérosols contenant le virus d'une autre personne !

  • Variante 2 :  Le masque est bien porté sur le visage mais n'est pas jointif sur le nez ou sur les côtés du visage et donc laisser passer des aérosols contenant le virus à l'approche d'une personne contaminée.

  • Variante 3 : Le masque est posé seulement sur le bout du nez et donc est évidement fuyard. La protection résultante de la personne est donc très faible-

  • Variante 4 : Je porte le masque sous le menton et corollaire, je suis obligé de manipuler le masque pour le remettre correctement, si besoin détecté (à temps ?!) et j'imprègne potentiellement mes doigts du virus !

Des professions exemplaires et d'autres négligentes

Dans certains petits commerces, on peut voir différents cas de figure du plus sérieux au plus inutile ou fantaisiste : Certains commerçants portent un masque chirurgical ou grand public en tissu avec quelquefois en sus une visière de protection, d'autres se pensent protégés avec une simple visière en plexiglas [6], [8], d'autres encore ne portent ni protection respiratoire, ni oculaire !

Par contre, on ne peut que féliciter certaines professions qui n'hésitent pas à prendre le maximum de précaution : exemple d'un salon de coiffure à Lille (Photo La Voix du Nord)

A contrario, comment ne pas être choqué par les personnes en charge du maintien de l'ordre public qui, s'ils sont policiers municipaux, portent tous le masque et qui, s'ils sont policiers nationaux ne le portent quasiment pas ?

Or on apprend parallèlement qu'une forte proportion de policiers serait contaminée par le virus COVID-19 [10], [11], [13].

La presse relate l'absence de distanciation physique dans les véhicules de police ou les bureaux des commissariats. Le port du masque quant à lui a été, un temps découragé par la hiérarchie du Ministère de l'intérieur et d'autres considérations peuvent expliquer le manque d'enthousiasme à porter un masque [7]. En attendant, on a bien affaire à une chaîne de contamination potentielle entre les policiers, entre policiers et leurs familles, et entre les policiers et les personnes avec lesquelles ils sont en relation.

Un relâchement total d'une jeunesse, souvent étudiante

Ce que nous avons constaté et expliqué précédemment a pu être confirmé par des comportements à risque dans les parcs et jardins de la ville de Lille. Quelques illustrations, en relation avec mon propos (Photos M.E.) :

En conclusion

Tout laisse à penser que la propagation du virus va reprendre de l'amplitude avec un grand nombre de nouveaux petits foyers disséminés sur le territoire français. Une hypothèse est que la jeune population, potentiellement contaminée avec une forme asymptomatique, va infecter des tranches d'âge plus élevées de la population. Ceci est le résultat de la conjonction de deux facteurs : le non-respect de la distance interpersonnelle de sécurité (fixée à 1m en France contre 1,5 à 2m dans beaucoup de pays voisins) et le port du masque trop peu généralisé dans l'espace public, les commerces, les transports etc.

Sur ce dernier point rappelons que l'Académie de Médecine a rappelé sa demande du port obligatoire du masque dans l'espace public à plusieurs reprises [3], [4].

La pandémie du COVID-19 nous démontre une nouvelle fois les limites de la société française telle qu'elle est aujourd'hui, les déficiences en terme de communication pédagogique volontariste de la part des autorités sanitaires, l'absence d'un vrai centre de maîtrise et de prévention des épidémies (Center for Disease Control and Prevention)[12]* qui produirait de la veille sanitaire et scientifique, de la surveillance épidémique, établirait des procédures de prévention et de protection et pourrait gérer la pandémie, les moyens de détection, de dépistage et la régulation des moyens de soins. Sur le plan de la préparation à l'affrontement de la pandémie, la Commission Européenne vient d'émettre des recommandations et des critiques pour chaque pays dont la France [15] :

" Le système de santé français permet d’obtenir de bons résultats en matière de santé publique. Toutefois, la crise de la COVID-19 a mis en lumière des lacunes dans la préparation du système aux situations de pandémie. Ces lacunes comprennent notamment :

i) des difficultés à garantir la disponibilité immédiate de professionnels de la santé, de produits indispensables et d’équipements de protection individuelle, et

ii) des problèmes structurels latents. En ce qui concerne le premier point, la France a mobilisé sa réserve de personnel et de matériel médicaux et paramédicaux, dont font partie des étudiants en médecine et des médecins et infirmiers retraités. La coordination de l’action entre tous les segments du système de santé reste difficile. En ce qui concerne le second point, ces problèmes résultent d’un manque d’investissements dans les infrastructures physiques et les ressources humaines, d’une adaptation limitée de l’organisation des services et de la nécessité d’une meilleure coordination entre acteurs privés et publics. Les difficultés sont aggravées par la persistance de disparités régionales. ... "

Dans la situation actuelle, peu de personnes ont en tête les connaissances actualisées et les pratiques nécessaires en tête à cause de la succession de messages contradictoires venant des autorités sanitaires. La défiance s'est installée de la part de la population vis-à-vis de celles-ci. Le risque est que l'esprit de responsabilité et de citoyenneté présent chez nombre de citoyens soit annihilé dans ses effets par une anarchie juvénile irresponsable. La pandémie va donc probablement redémarrer et les mesures de confinement risquent d'être reprises avec les impacts désastreux : sociaux, économiques, psychologiques que l'on identifie hélas bien maintenant. M.E.

* type d'organisme présent dans beaucoup de pays asiatiques, européens et nord-américains

 

Références bibliographiques

  1. Comment vous protéger et protéger votre entourage ? Santé Publique France.  https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/gestes_barrieres_premiere_etape_falc.pdf
  2. Je limite la transmission du virus en adoptant la bonne conduite à tenir, Santé Publique France https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_grand_public.pdf
  3. Communiqué de l’Académie nationale de Médecine : Pandémie de Covid-19 : mesures barrières renforcées pendant le confinement et en phase de sortie de confinement, 2 avril 2020, http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/04/20.4.2-Communiqu%C3%A9-Masques-grand-public.pdf
  4. Communiqué de l’Académie nationale de Médecine : Recommander le port du masque sans masquer la vérité, 7 mai 2020, http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-recommander-le-port-du-masque-sans-masquer-la-verite/
  5. L'efficacité des masques sur le coronavirus prouvée par des tests sur des hamsters, The Huffington Post France, 17 mai 2020. https://www.huffingtonpost.fr/entry/lefficacite-des-masques-sur-le-coronavirus-prouvee-par-des-tests-sur-des-hamsters_fr_5ec1a7f0c5b6fd9a5d8e0212
  6. Les visières de protection sont-elles efficaces contre le coronavirus ? Où en acheter ? Peut-on les fabriquer soi-même ? Santé Magazine, https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/maladies-infectieuses/maladies-virales/les-visieres-de-protection-sont-elles-efficaces-contre-le-coronavirus-ou-en-acheter-peut-on-les-fabriquer-soi-meme-433792
  7. Masque anti COVID : vu comme un “signe de faiblesse”, les hommes rechignent à le porter, e-sante.fr, 17 mai 2020, https://www.e-sante.fr/masque-anti-covid-vu-comme-un-signe-de-faiblesse-les-hommes-rechignent-a-le-porter/actualite/615085
  8. Les visières de protection sont-elles efficaces pour se protéger du coronavirus ? France Info, https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/les-visieres-de-protection-sont-elles-efficaces-pour-se-proteger-du-coronavirus_3938491.html
  9. Masques de protection respiratoire et risques biologiques : foire aux questions, INRS, http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html#0539cde6-42e1-4bd5-97a1-76c72c717f82
  10. Coronavirus : dans le Nord, 222 policiers confinés et sept cas positifs au Covid-19, La Voix du Nord, 25 mars 2020, https://www.lavoixdunord.fr/731249/article/2020-03-25/coronavirus-222-policiers-confines-dans-le-nord-et-sept-cas-positifs
  11. COVID-19. Près d’un millier de policiers vont être dépistés aux commissariats de Lille et Arras, Ouest-France, 19 mai 2020, https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-pres-d-un-millier-de-policiers-vont-etre-depistes-au-commissariat-central-de-lille-6840555
  12. Didier Raoult, Les nouvelles maladies infectieuses, Collection Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, 1999, 2ème tirage 2020.
  13. Lille : un dépistage massif à l’hôtel de police pour éviter un cluster de coronavirus, La Voix du Nord, 20 mai 2020, https://www.lavoixdunord.fr/755212/article/2020-05-20/lille-un-depistage-massif-l-hotel-de-police-pour-eviter-un-cluster-de
  14. Le port du masque réduit grandement la propagation du Covid-19, insistent les autorités sanitaires de Taiwan, 7 mai 2020, https://taiwaninfo.nat.gov.tw/news.php?unit=59&post=176914&unitname=Soci%C3%A9t%C3%A9-Taiwan-Info&postname=Le-port-du-masque-r%C3%A9duit-grandement-la-propagation-du-Covid-19%2C-insistent-les-autorit%C3%A9s-sanitaires-de-Taiwan

  15. Recommandations pour une réaction coordonnée à la pandémie de coronavirus, recommandation du conseil concernant le programme national de réforme de la France pour 2020, Commission Européenne, 20 mai 2020. https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/2020-european-semester-csr-comm-recommendation-france_fr.pdf