Retour de la pollution de l'air dans la métropole lilloise et la région Hauts-de-France (actualisé au 28 avril 2020)

Publié le par M.E.

Le vent faible (3 à 7 km/h), en matinée, jeudi 23 avril 2020, n'a pas suffi à disperser les polluants émis (Particules fines et ultra-fines, oxydes d'azote, suies, HAP, ...) . Même si les mesures de confinement ont diminué drastiquement les émissions venant des véhicules automobiles, tout le reste subsiste : poids lourds, chauffage des maisons individuelles au bois, au charbon ou au fuel, incinération des déchets, engins de BTP, pollution industrielle, épandages agricoles de pesticides ou d'engrais, etc. Rappelons nous aussi que la part de polluants importés est notable.

La concentration est grimpée à plus de 6 fois le maximum recommandé par l'OMS (10 microgrammes/m3 pour les particules fines PM2,5 les 24 et 28 avril 2020 souvent vers 5 h du matin. Ci-après l'évolution du vent selon la station Météo France de Lesquin (59) :

Comme on peut le constater le vent reste en-dessous des 15 km/h nécessaire pour une bonne dispersion des polluants. Mais souvent la force du vent augmente pendant la journée, à cause de l'effet des courants de convection provoqués par la chaleur solaire. La direction de ce maigre vent alterne entre 40-50° et 300-350°.

Les modélisations de PREV'AIR (www2.prevair.org) donnent les prévisions suivantes pour aujourd'hui et les prochains jours :

 

Mardi 28 avril 2020 :

Mercredi 29 avril 2020 :

Jeudi 30 avril 2020 :

Conseils de prévention : Lors du pic de pollution, souvent le matin, ce n'est pas le moment de s'éterniser dehors, de faire du jogging, de sortir bébés et enfants, DANGER. Il n'y a pas que le COVID-19 qui est dangereux pour l'espèce humaine (la combinaison de la pollution de l'air et du COVID-19 aggrave les symptômes). Pour rappel, la pollution de l'air tue 1 700 personnes par an dans la métropole lilloise. 

Nous rappelons que l'OMS préconise de ne pas dépasser en moyenne 10 microgrammes/m3 de concentration moyenne journalière en particules fines PM2,5.

Pour en savoir plus sur la pollution de l'air et ses impacts sanitaires, consulter notre dossier : http://www.vigieecolo.fr/2017/02/dossier-qualite-de-l-air.html

N.B. PREV’AIR, plate-forme nationale de prévision de la qualité de l’air, est l’une des composantes du dispositif français de surveillance et de gestion de la qualité de l’air, en complément des informations fournies par les réseaux de mesure et d’observation « physiques » gérés par les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) appelées "ATMO".

Cette plateforme de prévision de la qualité de l’air, développée et gérée au quotidien par l’INERIS, est le fruit du travail d’un consortium intégrant aux côtés de l’INERIS, Météo France, le CNRS et le LCSQA (Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’air). Elle est basée sur le résultat de simulations numériques et d’ observations recueillies sur le terrain pour prédire et cartographier les concentrations de polluants atmosphériques réglementés.

Plus d'explications ici : http://www2.prevair.org/content/propos-de-prevair

M.E.