"Fermer les frontières est ridicule" selon l'épidémiologiste responsable de la stratégie COVID-19 en Suède

Publié le par Nature (UK) via M.E. (traduction)

Anders Tegnell, épidémiologiste, responsable de la stratégie de lutte contre le COVID-19 en Suède s'explique dans "Nature" de l’approche «basée sur la confiance» du pays pour lutter contre la pandémie.

Dr Nils Anders Tegnell est un médecin et fonctionnaire suédois et l'épidémiologiste actuel de la Suède. Il a été employé par l'Institut suédois des maladies transmissibles entre 2004 et 2005, et le Conseil national suédois de la santé et du bien-être social entre 2005 et 2012.

Comme une grande partie de l'Europe a imposé de sévères restrictions à la vie publique le mois dernier pour endiguer la propagation du coronavirus, un pays s'est démarqué.

La Suède n'est pas entrée en confinement, ni n'a imposé de politiques strictes de distanciation sociale. Au lieu de cela, elle a déployé des mesures volontaires, «basées sur la confiance»: Elle a conseillé aux personnes âgées d'éviter les contacts sociaux et a recommandé que les gens travaillent à domicile, se lavent régulièrement les mains et évitent les voyages non essentiels. Mais les frontières et les écoles pour les moins de 16 ans restent ouvertes - comme le font de nombreuses entreprises, y compris les restaurants et les bars.

L'approche a subi de vives critiques. Parmi eux, 22 scientifiques de haut niveau ont écrit la semaine dernière dans le journal suédois Dagens Nyheter que les autorités de santé publique avaient échoué et ont exhorté les autorités politiques à intervenir avec des mesures plus strictes. Ils soulignent le nombre élevé de décès par coronavirus dans les maisons de retraite et le taux de mortalité global de la Suède, qui est supérieur à celui de ses voisins nordiques - 131 par million de personnes, contre 55 par million au Danemark et 14 par million en Finlande, qui ont adopté des mesures de confinement ("lockdown" en anglais).

L’architecte de la stratégie est Anders Tegnell, épidémiologiste à l’Agence suédoise de santé publique, un organisme indépendant dont le gouvernement suit les recommandations d’experts. Anders Tegnell a parlé à Nature de l'approche.

Pouvez-vous expliquer l’approche de la Suède pour maîtriser le coronavirus ?

 

On a largement exagéré l'originalité de notre approche. Comme dans de nombreux autres pays, nous visons à aplatir la courbe en ralentissant autant que possible la propagation, faute de quoi le système de santé et la société risquent de s'effondrer.

Ce n'est pas une maladie qui peut être arrêtée ou éradiquée, au moins jusqu'à ce qu'un vaccin fonctionnel soit produit. Nous devons trouver des solutions à long terme qui maintiennent la diffusion des infections à un niveau acceptable. Ce que chaque pays essaie de faire, c'est de séparer les gens, en utilisant les mesures que nous avons et les traditions que nous avons pour les appliquer. Et c'est pourquoi nous avons décidé de faire des choses légèrement différentes.

Les lois suédoises sur les maladies transmissibles reposent principalement sur des mesures volontaires - sur la responsabilité individuelle. Il indique clairement que le citoyen a la responsabilité de ne pas propager une maladie. C'est le noyau à partir duquel nous sommes partis, car il n'y a pas beaucoup de possibilité légale de fermer des villes en Suède en utilisant les lois actuelles. La quarantaine peut être envisagée pour les personnes ou les petites zones, comme une école ou un hôtel. Mais juridiquement, nous ne pouvons pas confiner et fermer une zone géographique.

Sur quelles bases cette approche était-elle fondée ?

Il est difficile de parler de la base scientifique d'une stratégie avec ces types de maladies, car nous n'en savons pas grand-chose et nous apprenons comme nous le faisons, jour après jour. Fermeture, confinement, fermeture des frontières - rien, à mon avis, n'a de fondement scientifique historique. Nous avons examiné un certain nombre de pays de l'Union européenne pour voir s'ils avaient publié une analyse des effets de ces mesures avant leur mise en œuvre et nous n'en avons vu pratiquement aucun.

La fermeture des frontières, à mon avis, est ridicule, car COVID-19 est désormais présent dans tous les pays européens. Nous sommes plus préoccupés par les mouvements à l'intérieur de la Suède.

En tant que société, nous sommes davantage dans le "maternage" : rappeler continuellement aux gens d'utiliser des mesures, améliorer les mesures dont nous percevons au jour le jour qu'elles doivent être ajustées. Nous n'avons pas besoin de tout fermer complètement car cela serait contre-productif.

Comment l'Agence suédoise de santé publique prend-elle ses décisions ?

Une quinzaine de personnes de l'agence se rencontrent chaque matin et mettent à jour les décisions et recommandations en fonction de la collecte et de l'analyse des données. Nous parlons aux autorités régionales deux fois par semaine.

Le grand débat auquel nous sommes confrontés en ce moment concerne les maisons pour personnes âgées, où nous avons enregistré des épidémies très regrettables de coronavirus. Cela explique le taux de mortalité plus élevé de la Suède par rapport à nos voisins. Les enquêtes sont en cours, car nous devons comprendre quelles recommandations n'ont pas été suivies et pourquoi.

L'approche a été critiquée pour être trop laxiste. Comment répondez-vous à ces critiques? Pensez-vous que cela met en danger plus que nécessaire la vie des gens ?

Je ne pense pas qu'il y ait ce risque. L'agence de santé publique a publié une modélisation détaillée" région par région" qui aboutit à des conclusions beaucoup moins pessimistes que les autres chercheurs en termes d'hospitalisations et de décès pour mille infections. Il y a eu une augmentation, mais ce n'est pas traumatisant jusqu'à présent. Bien sûr, nous entrons dans une phase de l'épidémie où nous verrons beaucoup plus de cas dans les prochaines semaines - avec plus de personnes dans les unités de soins intensifs - mais c'est comme n'importe quel autre pays. Nulle part en Europe n'a pu ralentir considérablement la propagation.

Concernant les écoles, je suis convaincu qu'elles vont rester ouvertes au niveau national. Nous sommes au milieu de l'épidémie et, à mon avis, la science montre que la fermeture des écoles à ce stade n'a pas de sens. Il faut fermer les écoles assez tôt dans l'épidémie pour avoir un effet. À Stockholm, qui compte la majorité des cas de la Suède, nous sommes maintenant près du sommet de la courbe, de sorte que la fermeture des écoles n'a plus de sens à ce stade. De plus, il est essentiel pour la santé psychique et physique que la jeune génération reste active.

Les chercheurs ont critiqué l'agence pour ne pas reconnaître pleinement le rôle des porteurs asymptomatiques. Pensez-vous que les porteurs asymptomatiques sont un problème ?

Il est possible que les personnes asymptomatiques soient contagieuses, et certaines études récentes l’indiquent. Mais la quantité de propagation est probablement assez faible par rapport aux personnes qui présentent des symptômes. Dans la distribution normale d'une courbe en cloche, les asymptomatiques se situent à la marge, alors que la majeure partie de la courbe est occupée par des symptômes, ceux que nous devons vraiment arrêter.

Pensez-vous que l'approche a réussi ?

C'est très difficile à savoir ; c'est trop tôt, vraiment. Chaque pays doit atteindre « l’immunité collective » ( lorsqu’une proportion élevée de la population est immunisée contre une infection, limitant largement la propagation de personnes non immunisées) d’une manière ou d’une autre, et nous allons l’atteindre d’une manière différente.

Il y a suffisamment de signaux pour montrer que nous pouvons penser à l'immunité collective, à la récidive. Jusqu'à présent, très peu de cas de réinfection ont été signalés dans le monde. Nous ne savons pas combien de temps durera l'immunité collective, mais il y a certainement une réponse immunitaire.

Qu'auriez-vous fait différemment ?

Nous avons sous-estimé les problèmes dans les maisons de retraite et la façon dont les mesures seraient appliquées. Nous aurions dû contrôler cela plus en profondeur. En revanche, le système de santé, soumis à une pression inhabituelle, a néanmoins toujours été en avance sur la courbe.

Êtes-vous satisfait de la stratégie ?

Oui! Nous savons que COVID-19 est extrêmement dangereux pour les personnes très âgées, ce qui est bien sûr mauvais. Mais en regardant les pandémies, il y a des scénarios bien pires que celui-ci. La plupart des problèmes que nous avons actuellement ne sont pas dus à la maladie, mais à des mesures qui, dans certains environnements, n'ont pas été appliquées correctement : les décès parmi les personnes âgées sont un énorme problème et nous nous battons durement.

De plus, nous avons des données montrant que l'épidémie de grippe et le norovirus d'hiver ont baissé régulièrement cette année, ce qui signifie que notre distanciation sociale et le lavage des mains fonctionnent. Et avec l'aide de Google, nous avons vu que les mouvements des Suédois ont chuté de façon spectaculaire. Notre stratégie volontaire a eu un effet réel.

Source : https://www.nature.com/articles/d41586-020-01098-x

 

N.B. Au 22 avril 2020, la Suède enregistrait 16 000 cas avérés de COVID-19 et 1 937 décès. Au même jour, la France, reconnaissait 135 000 cas avérés de COVID-19 et 21 340 décès.

Taux de contamination comparés : Suède : 0,16 % ;  France : 0,20 %

Taux de létalité comparés des personnes contaminées avérées : Suède : 12,1 % ; France : 15,8 %.

Source : John Hopkins Medecine University Coronavirus Resource Center : https://coronavirus.jhu.edu/map.html

 

 

 

Publié dans Santé, Gouvernance, COVID-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :