Un gaz à effet de serre bien plus nocif que le CO2 bat des records dans l'atmosphère

Publié le par Novethic via M.E.

Les HFC-23 sont des gaz à effet de serre au pouvoir réchauffant 13 000 fois plus important que celui du CO2. Méconnu du public, il est utilisé dans les climatiseurs ou les réfrigérateurs. Alors que son taux aurait drastiquement dû baisser depuis 2014, il bat des records. Les chercheurs pointent du doigt la Chine et l'Inde.

Alors que toute l'attention est focalisée sur le CO2, le dioxyde de carbone, un autre gaz à effet de serre est en train de battre tous les records. Il s’agit des HFC-23, les trifluorométhanes présents dans les climatiseurs ou les réfrigérateurs. Le problème, c’est que leur pouvoir réchauffant est près de 13 000 fois plus important que celui du CO2 et que leur durée de vie est de 228 ans.

Alors qu’ils auraient dû disparaître, leur concentration dans l’atmosphère augmente à des taux historiquement élevés. Ainsi l’écart entre la baisse attendue et le taux effectif de HFC-23 dans l’atmosphère représente l’équivalent des émissions de CO2 de l'Espagne sur une année. C’est ce qu’ont constaté des chercheurs dans une étude publiée le 21 janvier dans la revue Nature Communication (1). La Chine et l’Inde seraient à l’origine de cette hausse spectaculaire alors que les deux pays avaient affirmé une réduction drastique.

La baisse attendue était de 87 %

"À partir de 2015, la Chine et l’Inde, qui dominent la production mondiale de HCFC-22, dont le HFC-23 est un

dérivé, ont défini des programmes ambitieux qui auraient dû entraîner une baisse des émissions mondiales de 87 % entre 2014 et 2017", écrivent les auteurs de l’étude. "Étant donné l’ampleur de l’écart entre les émissions attendues et celles déduites par observation, il est probable que les réductions signalées ne se sont pas pleinement matérialisées ou qu’il peut y avoir une production non déclarée importante de HCFC-22, entraînant des émissions de sous-produits de HFC-23 non comptabilisées".

En 2016, l’Accord de Kigali avait permis d’adopter un amendement au Protocole de Montréal sur la couche d’ozone afin d'éliminer progressivement les HFC. Car si ces-derniers s’avèrent efficaces pour lutter contre destruction de la couche d’ozone, ils se sont en revanche révélés désastreux pour le climat. Selon les experts, il est techniquement possible de remplacer les HFC à moindre coût. Leur élimination pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial à horizon 2100, selon une étude de l’IGSD (Intitute for Governance and Sustainable Development). 

Source : https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/science-un-gaz-a-effet-de-serre-bien-plus-nocif-que-le-co2-bat-des-records-dans-l-atmosphere-148194.html