La reforestation est-elle la moins comprise des leviers d'action pour le climat ?

Publié le par Physic World via M.E. (traduction)

Selon Tom Crowther de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich (ETHZ), "la reforestation est la moins comprise des armes dont nous disposons pour lutter contre le changement climatique". Cette déclaration a été faite lors de l'assemblée annuelle de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) à Washington, DC.

12 mars 2019

Photo graphie Andrew Coelho, Unsplash Photography

Lors de sa production de la première carte mondiale des arbres de la terre en 2015, Tom Crowther avait identifié des anciennes forêts aujourd'hui disparues qui pouvaient être replantées.

Selon lui, il y a de la place pour 1 200 milliards d'arbres supplémentaires hors des zones urbaines et agricoles. et la restauration de ces forêts serait "notre arme la plus efficace dans la lutte contre le changement climatique". De combien le reboisement réduirait le carbone atmosphérique n'est pas encore déterminé, mais le laboratoire de Tom Crowther de l'ETHZ, ancien d'un an, envisage de remédier à cette incertitude en utilisant une approche ascendante. Les chercheurs extrapolent les données de millions d'observations sur site en utilisant l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, et combinent ces données avec des observations par satellite pour obtenir "des informations sans précédent sur l'ampleur du système forestier mondial et le stockage global de carbone dans les sols".

Les découvertes de l'ETHZ aideront les scientifiques à évaluer la quantité de carbone pouvant être stockée si 1 200 milliards d'arbres étaient plantés pour compléter les forêts existantes. Selon des estimations, ce chiffre excéderait de loin les réductions de carbone émises par d’autres mesures, telles que la gestion efficace de la réfrigération dans le monde entier, qui permettrait d’économiser 89 gigatonnes, et des régimes exclusivement végétariens pour tous les humains, ce qui pourrait permettre d’économiser 66 gigatonnes.

Les humains envoient 10 gigatonnes de carbone dans l'atmosphère chaque année et, selon Tom Crowther, ont ainsi fait monter le montant atmosphérique aux environs de 300 gigatonnes.

Cette analyse est compliquée par les quelque 15 milliards d’arbres qui sont récoltés chaque année et par la perte de carbone dans l’atmosphère séquestrée dans le sol en raison du réchauffement climatique dans les régions arctiques et boréales. Ce dernier dégage environ 1,5 gigatonne de carbone par an, selon Tom Crowther, accélérant de 12 à 17% la vitesse du changement climatique.

Les bases de données sur la biodiversité issues du comptage des arbres et des expériences associées sont en train d'être rendues publiques, ce qui devrait aider les scientifiques et les décideurs à définir des objectifs efficaces à l'échelle mondiale et à identifier les régions les plus critiques pour la restauration des écosystèmes et la protection des sols. Déjà, sous les auspices des Nations unies, 17 milliards d'arbres ont été restaurés dans des zones à fort captage de carbone au cours des trois dernières années, a-t-il ajouté. La carte de 2015 a révélé que la terre héberge actuellement 3 040 milliards d'arbres, au lieu des 400 milliards estimés précédemment. La divergence est apparue parce que les données antérieures étaient basées sur la seule imagerie satellitaire.

Selon Tom Crowther, ces données indiquent la localisation des forêts, mais ne donnent aucune information sur la structure en dessous de la canopée forestière ou sur la biodiversité. L’estimation la plus complète de Tom Crowther s’appuyait sur plus d’un million de mesures mondiales provenant d’arbres, qui avaient ensuite été étendues à l’aide de données satellitaires.

Source : https://physicsworld.com/a/is-reforestation-our-most-poorly-understood-weapon/

Lire aussi ici la saga du professeur Thomas Crowther (English only)

  N.B. Le "Crowther Lab" ou Global Ecosystem Ecology Laboratory appartient au département de science des systèmes environnementaux de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich (ETHZ). Ses partenaires sont l'UNEP, le WWF, le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement , la FAO, la NASA et beaucoup d'autres ONG.
 
 

Publié dans Climat, Biodiversité, Forêts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :