Lancement du 2ème plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC2) pour la période 2018-2022

Publié le par MTES via M.E.

François de Rugy, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé le 20 décembre 2018 le deuxième Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC) pour la période 2018-2022. Son objectif : mieux préparer la société française au changement climatique, en impliquant les principaux secteurs de l'économie (agriculture, industrie, tourisme…) et les territoires.

Hausse des températures plus forte que la moyenne mondiale, vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses, précipitations et sécheresses extrêmes, hausse du niveau de la mer, intensification des cyclones : tels sont les impacts du changement climatique que les émissions de gaz à effet de serre passées rendent désormais inéluctables et auxquels la France doit se préparer.

La démarche d’adaptation, enclenchée au niveau national par le ministère de l’Environnement à la fin des années 1990, est complémentaire des actions d’atténuation. Elle vise à limiter les impacts du changement climatique et les dommages associés sur les activités socio-économiques et sur la nature.

Les politiques publiques d’adaptation ont pour objectifs d’anticiper les impacts à attendre du changement climatique, de limiter leurs dégâts éventuels en intervenant sur les facteurs qui contrôlent leur ampleur (par exemple, l’urbanisation des zones à risques) et de profiter des opportunités potentielles.

Le PNACC2 en 10 actions concrètes :

  • Lutter contre les feux de forêt avec l’acquisition de 6 avions bombardier d'eau pour conforter le dispositif du ministère de l'Intérieur : d'ici 2050, 50% des espaces naturels français seront soumis au risque incendie.
  • Renforcer la vigilance météo avec le déploiement de 5 nouveaux radars à horizon 2021, et l’extension du système d'alerte et d'information des populations en outre-mer avec un premier dispositif de 15 sirènes déployé dès 2019 aux Antilles.
  • Faire un point complet des normes et référentiels techniques pour prendre en compte le climat futur.
  • Identifier les territoires et milieux à risque en publiant un ouvrage de référence sur les impacts du changement climatique attendus en France.
  • Développer un centre de ressources sur l'adaptation pour faciliter le partage de bonnes pratiques et mesurer les progrès de la France pour s'adapter au changement climatique (Cerema).
  • Diffuser des messages de prévention par le service sanitaire des étudiants en médecine (selon une enquête menée en 2015, seuls 4% des personnes âgées pensent être à risque en période de canicule et seuls 4% d'entre eux se sont inscrits sur les registres municipaux).
  • Intégrer la thématique du changement climatique et de l'adaptation dans les cursus scolaires, de l'école à l'enseignement supérieur, en commençant par les 12 écoles du Ministère de la Transition écologique et solidaire qui forment 7 000 étudiants dont 1 000 futurs fonctionnaires par an.
  • Effectuer une étude sur les freins à la mobilisation locale des fonds européens (36% des 298 M€ dédiés à l'adaptation programmés, 2% dépensés).
  • Etablir des prospectives économiques pour identifier les filières à risque et les mesures d'accompagnement (notamment tourisme en métropole et en outre-mer).
  • Créer de nouveaux outils d'aide à la décision dans le secteur forestier (quelles essences planter aujourd’hui ?).

Téléchargez le 2e Plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC2)

Téléchargez la brochure "Comprendre le PNACC2"

Pour aller plus loin :

Téléchargez le 1er plan national d'adaptation au changement climatique 2011-2015 (PNACC)

Téléchargez le Rapport d’évaluation du PNACC 2011-2015

Publié dans Climat, urbanisme, Gouvernance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :