Adoption du troisième Plan Régional Santé Environnement (PRSE 3) des Hauts-de-France

Publié le par ARS HDF via A.L./M.C./M.E.

Un plan construit grâce à une importante mobilisation

Amorcée en 2016, la conception du PRSE 3 a nécessité plusieurs étapes :

  • le recensement des acteurs en santé-environnement et la rédaction d’un diagnostic territorial,
  • la mise en place du Groupe Régional Santé-Environnement (GRSE), instance de concertation pour l’élaboration et la mise en œuvre du PRSE, regroupant plus de 50 entités et personnalités régionales,
  • 4 réunions de 4 groupes de travail (services de l’État, associations, collectivités, universités…) chargés de proposer des fiches-actions reprenant des thématiques considérées comme prioritaires en région Hauts-de-France,
  • la sélection de fiches-actions parmi les fiches rédigées par les groupes de travail, la définition d’indicateurs et de résultats attendus pour chaque fiche-action, et la rédaction du PRSE 3.

Le PRSE 3 a été adopté par les copilotes du plan en juin 2018.

6 axes stratégiques et 28 fiches-actions

Couvrant la période 2017-2021, le PRSE 3 est structuré autour de 28 fiches-actions réparties sur 6 axes stratégiques :

  • Impulser une dynamique santé-environnement sur les territoires,
  • Périnatalité et petite enfance,
  • Alimentation et eau de consommation,
  • Environnements intérieurs, habitat et construction,
  • Environnements extérieur et sonore,
  • Amélioration des connaissances.

La DREAL est en charge de l’animation des axes  "Environnements intérieurs, habitat et construction"  et "Environnements extérieur et sonore", et est impliquée dans 13 fiches-actions. La DREAL occupe, pour 7 de ces 13 fiches, la place de premier copilote :

  • Favoriser la mutation des sites et sols pollués (fiche-action n° 2),
  • Expérimenter un bâtiment exemplaire à usage d’habitation avec performance énergétique, confort des occupants et qualité de l’air intérieur (fiche-action n° 18),
  • Promouvoir les bénéfices d’un environnement intérieur des logements de qualité (fiche-action n° 20),
  • Former et sensibiliser les professionnels du bâtiment à la qualité de l’air intérieur (QAI) et au risque amiante (fiche-action n° 23),
  • Favoriser le changement de comportement pour améliorer la qualité de l’air extérieur (fiche-action n° 24),
  • Disposer d’un système d’information géographique en santé-environnement pour la région (fiche-action n° 27),
  • Améliorer les connaissances sur les particules dans l’air (fiche-action n° 28).

Téléchargez ici le Plan Régional Santé-Environnement 3 (PRSE 3)

Commentaires de Nord Ecologie Conseil :

Ce plan régional est dans la lignée de grande médiocrité d'un grand nombre d'autres documents de planification administrative "à la française". Il n'apporte aucune vision stratégique. Il a été élaboré sans approche systémique et sans appréhension de la complexité des interactions entre l'environnement, les intoxications de celui-ci par les activités humaines et la santé des populations et des espèces vivantes. Il n'a rien anticipé parmi les risques émergents : ni les implications du changement climatique (modèle d'agriculture, espèces invasives, inondations et pollutions, épisodes de chaleur, sécheresses, etc.), ni les nouvelles technologies ou nouvelles applications de molécules, ni les problèmes posées par les nouvelles addictions simples ou combinées des étudiants et jeunes, etc. Ce plan ne traite pas non plus des problématiques transversales de santé-environnementale comme les perturbateurs endocriniens, les polluants de l'air ou encore l'influence des différentes familles chimiques sur l'apparition de maladies neurodégénératives.  Le cloisonnement entre groupes de travail et thèmes d'action correspond encore une fois à une conception en "tuyau d'orgues" des problématiques de santé publique. Et bien sûr dans la liste des fiches actions, on cherchera en vain, des objectifs chiffrés, des délais fixés, des moyens réellement mobilisables, des budgets afférents, des indicateurs de suivi et des procédures d'évaluation et d'élaboration de retour d'expérience.

Qu'en conclure ? Etait-il nécessaire de mobiliser tant de professionnels et de représentants du monde associatif pour travailler pendant plusieurs mois, puis pour laisser un petit groupe accoucher d'un plan stratégique aussi médiocre ? Pourtant notre région Hauts-de-France conserve depuis des dizaines d'années des scores d'hygiène de vie, d'exposition aux polluants et des prévalences de maladies chroniques les pires de France métropolitaine.

Ce système de production de plan régional tout en "faux semblant" a trop duré. Il faudra tout remettre à plat !

Le bureau exécutif de Nord Ecologie Conseil.

M.E. / MC. / A.L.