Les médicaments polluent les eaux - mais il y a des solutions !

Publié le par M.E.

Les résidus de médicaments polluent trop souvent les eaux. Pourtant, des solutions existent, notamment un indicateur testé par des médecins et des pharmaciens qui leur permet de prescrire et délivrer des molécules moins dangereuses pour les milieux aquatiques.

Médicaments éliminés par voie naturelle ou médicaments jetés en dehors de la filière de tri adéquate : de plus en plus de résidus chimiques issus de traitements utilisés en médecine humaine et animale se retrouvent dans la nature et dans l’eau. Des études actuellement menées par le CHU de Nice et le laboratoire Ecomers sont même en train de démontrer que le milieu naturel marin est concerné par ces résidus. Résultat : on trouve des traces d’antibiotiques, d’anti-inflammatoires ou encore d’antiépileptiques dans les moules, les crustacés et les poissons.

Même s’il n’a jamais été scientifiquement prouvé que ces très faibles concentrations de résidus présents dans l’eau douce, dans l’eau de mer ou encore dans les animaux aquatiques peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé humaine, les mutations observées dans l’environnement confirment qu’il y a de quoi s’inquiéter. Plusieurs études ont ainsi démontré la féminisation de poissons dans les rivières polluées par des perturbateurs endocriniens.

« Il ne faut pas oublier l’effet “cocktail” » 

« Contrairement aux idées reçues, les stations d’épuration ne détruisent pas les résidus médicamenteux et l’eau que nous buvons est donc polluée par ces résidus », explique Olivier Toma, fondateur de Primum Non Nocere, une agence d’accompagnement RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et développement durable, et ancien président du C2DS (Comité pour le développement durable en santé). « Il ne faut pas oublier l’effet “cocktail”, ajoute-t-il. Si des traces dans l’eau d’un seul médicament peuvent s’avérer peu toxiques, on sait en revanche que la combinaison de plusieurs résidus chimiques peut être dramatique. »

En médecine, il est aujourd’hui dans l’air du temps de réduire les consommations médicamenteuses (pas d’utilisation d’antibiotiques lorsque la maladie est virale, par exemple), mais cela n’est pas toujours possible et la santé humaine a toujours prévalu sur toute autre cause.

Lire la suite sur le site de Reporterre https://reporterre.net/Les-medicaments-polluent-les-eaux-mais-il-y-a-des-solutions