Le premier sommet européen sur le Diesel met la priorité sur les parcs "sales" dans le plan d'action

Publié le par Transport & Environment via M.E.

Trois ans après la révélation du scandale du "dieselgate", il reste 43 millions de voitures diesel très polluantes sur les routes européennes. Comme l'a déclaré la semaine dernière la commissaire européenne chargée de l'industrie européenne, Elżbieta Bieńkowska (photo), lors du premier sommet européen du diesel à Bruxelles, "l'histoire n'est pas finie". Le moment n'aurait pu être mieux choisi pour réunir des décideurs politiques, des villes, des experts de la santé, des groupes de consommateurs et des ONG vertes de toute l'Europe afin de discuter de solutions concrètes étant donné qu'une réunion ministérielle spéciale a été convoquée par la Commission européenne le 27 novembre.

Des publications récentes ont fourni d’autres arguments solides en faveur d’une action audacieuse. Des données récentes de l'Agence Européenne pour l'Environnement (EEA) montrent que 79 000 décès prématurés sont causés chaque année par des oxydes d'azote en Europe. Les moteurs Diesel constituent la principale source de ce polluant.

Afin de protéger leurs citoyens, de plus en plus de villes de l'UE ont commencé à créer des zones à faibles émissions (LEZ), dans lesquelles seules les voitures plus propres sont autorisées. il existe actuellement 250 zones à faibles émissions de voitures dans 12 États membres de l'UE, selon un nouveau briefing de Transport & Environment. et deux tiers des citoyens soutiennent de telles mesures pour lutter contre la pollution de l'air, révèle un récent sondage IPSOS commandé par T & E. L'enquête a également révélé que 69 citoyens de l'Union européenne ont déclaré qu'il était "peu probable" (31) ou "pas du tout probable" (38) que la prochaine voiture qu'ils achèteraient ou loueraient soit au Diesel, principalement en raison de préoccupations liées à la pollution de l'air. dans leurs villes.

Le premier sommet européen sur le Diesel a présenté et discuté des solutions pour la flotte de Diesel sale sur les routes d’Europe, résumées dans une déclaration commune signée par les villes, les décideurs et la société civile - y compris T & E, l’un des organisateurs de la manifestation. Il a exhorté les États membres et l'Union européenne à coordonner le rappel et la réparation des véhicules au niveau européen, en utilisant des tests indépendants réalisés dans le monde réel pour vérifier les performances en matière d'émission. sans une telle solution européenne, les conducteurs d'europe de l'ouest continueront à abandonner leurs voitures sales en raison de l'interdiction croissante des villes. ces véhicules plus anciens aboutissent généralement en Europe centrale et orientale.

Rien qu'en 2017, 350 000 de ces véhicules sales ont été exportés vers la Pologne, émettant plus de 12,5 fois les limites autorisées. cela déplace le problème de la pollution atmosphérique d'ouest en est au lieu de le résoudre. La déclaration au sommet indique que les autorités doivent exiger la réparation de ces véhicules ou empêcher la vente et l'exportation de véhicules non fixés et très polluants. au cours de la conférence, il a également été révélé que l’agence fédérale allemande des transports motorisés avait envoyé aux propriétaires de 1,5 million de conducteurs de voitures anciennes des lettres leur demandant d’utiliser les primes offertes par les constructeurs afin d’acheter des voitures diesel plus récentes. le gouvernement allemand est ainsi devenu l’agence de publicité de BMW, Volkswagen et Daimler-Benz, fournissant même les coordonnées des trois entreprises en tête de la lettre !

Traduit par M.E.

 

 
.