17 octobre 2018 : Conférence-débat à Sciences Po Lille : Venez nombreux !

Publié le par M.C.

Les États européens des 19ème et 20ème siècles ont inventé l’État social pour répondre aux menaces de leur temps. Au 21ème siècle, la protection des personnes et des populations passe par l’intégrité des équilibres spontanés de la biosphère. Rupture climatique, effondrement de la biodiversité, intoxication des milieux, précarité des vies humaines…

Toutes ces menaces sont désormais liées. Si nous ne transformons pas en profondeur notre relation à ce qui nous entoure, nos modes de vie, nos modes de production et de protection collective, nous laisserons à nos enfants un monde d’après la catastrophe : des équilibres spontanés mal adaptés aux formes de vie complexes, des terres invivables et une biosphère dévitalisée qui pourrait ne plus nous offrir les conditions d’une vie humaine digne.

D’où l’ardente nécessité d’inventer, de toute urgence, une réponse protectrice des populations et de leur environnement qui soit consistante, lisible et ambitieuse. L'argent ne manque pas, ni les solutions, qu'elles soient institutionnelles, territoriales ou locales. C’est à l’Europe d’en dessiner aujourd’hui les contours.