Communiqué du Collectif Climat 2020 de Lille : Un pacte pour l'Europe écologique et sociale

Publié le par M.C. via M.E.

« La Paix mondiale ne saurait être préservée sans des efforts créateurs à la hauteur des dangers qui la menacent ». Ce sont les mots de Robert Schuman lors de la création de l’Union Charbon-Acier (CECA) entre la France et l’Allemagne, le 9 mai 1950. « La France et l’Allemagne proposent à leurs voisins une action limitée mais décisive », ajoutait-il. Cette action donnera naissance à l’Union européenne dans laquelle nous vivons en paix jusqu’à aujourd’hui.


Quels sont ces dangers qui nous menacent ? La communauté scientifique, désormais unanime, nous dit que notre choix du développement "thermo-industriel" * produit tellement d’effets morbides qu’il conduit à la disparition de notre civilisation, voire de l’entièreté du genre humain et de l’ensemble des mammifères[1]. Si nous laissons faire le business, que restera-t-il de nous, de la démocratie, de la morale ? Va-t-on laisser faire ? Quelle action limitée mais décisive pouvons-nous entreprendre aujourd’hui ?


Partout en France et en Europe, des Collectifs Climat comme le nôtre appuient le projet d’un Pacte Finance Climat pour une transition écologique et sociale résolue, en Europe mais aussi pour la Méditerranée, pour l’Afrique et pour le Sud en général. La Banque Centrale Européenne a dernièrement fabriqué plus de 2 500 milliards d’euros en moins de trois ans pour assurer la liquidité des grandes banques d’investissement après la crise qu’elles ont infligée au monde, et cet argent est allé nourrir la spéculation au point de nous menacer à nouveau d’une crise financière encore plus sévère. Soyons plus intelligents, et mettons tout cet argent au service de la société et des équilibres vitaux de la planète.


Un impôt européen sur les bénéfices de l’ordre de 5% suffirait à l’Union européenne pour disposer d’un budget stable de l’ordre de 100 milliards par an, tout en luttant contre le dumping fiscal au sein de l’Europe, pour décarboner l’économie, pour baisser notre consommation de matières premières, pour investir dans la revitalisation des territoires, de notre air, de notre eau, de nos sols, de nos espaces verts, de nos forêts, de nos océans. Exigeons que l’outil financer contribue maintenant à la protection des grands équilibres planétaires tout comme à la protection sociale à l’égard des risques actuels et à venir.


L’ampleur de la menace ne peut pas attendre les prochaines élections ou un changement de personnel politique. Le Président Emmanuel Macron qui déplorait dans Le Monde du 13 décembre que « les gens se so[ie]nt endormis » et qui considérait que « sans une mobilisation beaucoup plus forte, un choc dans nos propres modes de production et de développement, nous n’y parviendr[i]ons pas ». C’est le Premier ministre Edouard Philippe qui se disait obsédé par l’effondrement et déclarait le 2 juillet dans un Facebook live avec Nicolas Hulot que « si on ne prend pas les bonnes mesures, c'est une société entière qui s'effondre ».

Mais avec Nicolas Hulot et son Pacte écologique, avec Lester Brown et son Pacte écologique mondial, avec Jean Jouzel, climatologue, Pierre Larrouturou, économiste et leur Pacte Finance Climat, et bien d’autres encore, les solutions sont prêtes, tout comme les professionnels pour les mettre en œuvre. Donnons donc à ces deux-là le courage de lancer l’action limitée mais décisive qu’exige l’état actuel de l’Europe et de notre monde. Demandons-leur de présenter ce Traité pour la transition écologique et sociale de l’Europe dès cette année 2018 en vue d’une ratification en 2019. Nous changerons ainsi les prochaines élections européennes et peut-être l’avenir de l’Europe !

M.C.

* i.e. à base de combustion ou transformation de carburants fossiles

SIGNEZ L'APPEL POUR UN PACTE FINANCE CLIMAT EUROPEEN  LANCE PAR JEAN JOUZEL ET PIERRE LARROUTUROU


[1] Les références sont multiples. Voir notamment https://bigthink.com/stephen-johnson/scientists-to-un-to-stop-climate-change-modern-capitalism-needs-to-die