Pollution de l'air ambiant par l'ozone : quelle situation dans la métropole lilloise ?

Publié le par M.E.

Il fait chaud et même les après-midi très chaud et la conséquence de cette situation météorologique alliée à notre mode de vie conduit à une production d'ozone toxique pour notre santé. Voici les relevés de mesures effetuées par la station ATMO de Lille-Fives depuis un mois :

De manière analogue aux particules type PM2,5, vous pouvez constater que les niveaux règlementaires correspondant à l'information et les recommandations (NIR) et à l'alerte et la protection (NAP) sont respectivement 1,8 à 2,4 fois plus hauts que les recommandations de l'OMS définies dans sa directive de 2005.

Carte de prévision PREV'AIR des concentrations maximales journalières en ozone (O3) 26 juillet 2017.

Ses effets sur la santé :

L'ozone est un gaz agressif pour les muqueuses oculaires et respiratoires. Pénétrant aisément jusqu'aux voies respiratoires les plus fines, il peut ainsi entraîner des irritations du nez, des yeux et de la gorge, des altérations de la fonction pulmonaire, des essoufflements et des toux. Il exacerbe les crises d'asthme.

Ses effets sur la santé dépendent du niveau et de la fréquence des expositions mais, chez les personnes sensibles (enfants, asthmatiques, insuffisants respiratoires, allergiques), les symptômes (picotements et irritation des yeux, coryza, gêne respiratoire) apparaissent plus nettement à partir de 180 µg d'ozone par m3 d'air. Il ne semble pas possible de déterminer un seuil en dessous duquel ce polluant serait totalement inoffensif. De plus, les effets d'une exposition chronique sur le long terme restent encore mal connus.

Le mécanisme de production de l'ozone :

Avec le schéma qui suit on comprend que l'ozone est le résultat de réactions chimiques complexes dans lesquelles les UV jouent un rôle d'accélération. Les ingrédients de départ proviennent du trafic routier le plus souvent mais aussi d'autres sources possibles d'émissions.

On parle d'un "bon ozone" qui nous protège grâce à la fameuse couche d'ozone qui nous évite de griller sur terre et il y a le "mauvais ozone" qui se répand dans les basses couches de l'atmosphère. La molécule est toujours la même.

La concentration en ozone varie dans la journée :

Voici un exemple avec trois journées récentes, relevés de concentration issus de la station ATMO de Lille-Fives :

Conséquences sur les précautions à prendre :

- Ouvrir les fenêtres pour aérer le matin et éviter de faire rentrer la chaleur et l'ozone de l'air ambiant dès 11-12 heures le matin. La concentration est sur cet exemple 8 fois plus faible en pleine nuit et moitié plus faible, au lever le matin !

- Par conséquent, pour rester logique, éviter la pratique sportive tard dans la matinée et l'après-midi.

- Eviter chez vous de rajouter de la pollution à la pollution : fumée de tabac ou shisha, encens, utilisation de produits chimiques : solvants, colles, peintures, produits de nettoyage qui peuvent provoquer des synergies allergisantes graves et aggraver les problèmes irritatoires.

M.E.

Sources : AIRPARIF, Doctissimo

- Ozone, chaleur et santé, dossier INVS, 26 juin 2017.

Publié dans Air, Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :