Canicule : faut-il s'y habituer ? Où l'adaptation indispensable au changement climatique

Publié le par France 5 via M.E.

Depuis quelques jours, les thermomètres s’affolent dans l’ensemble de la France. Avec des températures grimpant jusqu’à 38 degrés, plusieurs départements sont frappés par des épisodes caniculaires fréquents, dont l’intensité varie en fonction des régions.

Pour lutter contre cette vague de chaleur, les Français sont de plus en plus nombreux à investir dans des climatiseurs. Depuis la canicule meurtrière de 2003, la demande explose chez les particuliers.

Dans certaines villes, où l’air devient irrespirable à cause des pics de pollution, des initiatives ont été prises pour mettre à l’abri les personnes les plus sensibles : îlots de fraîcheur, centres d’appels… A Paris, plusieurs mairies ont ouvert des "salles rafraîchies" avec bouteilles d’eau à volonté pour accueillir les personnes âgées et les riverains. Mais la France n’est pas la seule à suffoquer. On note des températures records voire inhabituelles de l’Europe du Nord jusqu’au cercle polaire arctique. En Norvège par exemple, certaines villes ont dépassé les 33 degrés. En Suède, les fortes chaleurs et le manque de précipitations ont entraîné de nombreux feux de forêts. Plus au sud, la Grèce a été ravagée par une dizaine d’incendies meurtriers particulièrement violents qui ont fait 86 victimes, selon un bilan provisoire. La canicule terrasse également le Japon où au moins 80 personnes sont mortes et 35 000 ont dû être hospitalisées. Une vague de chaleur meurtrière qui s’étend jusqu’au Québec, où la température ressentie atteint les 45 degrés.

Cette chaleur accablante affecte également les vignobles français et la qualité du vin. Le réchauffement climatique a accéléré les périodes de vendanges qui débutent parfois plusieurs semaines en avance. Couleur, arômes, acidité et degré d’alcool : la chaleur et la sécheresse altèrent toutes les caractéristiques du vin. Face à des changements climatiques rapides, les viticulteurs sont forcés d’adapter leurs techniques et vont parfois jusqu’à délocaliser leur vignoble plus au Nord, dans des régions plus fraîches. Une stratégie adoptée par la maison de champagne Taittinger notamment, qui a acheté des terres en Angleterre pour assurer l’élaboration de ses vins pétillants. Fierté nationale et patrimoine gastronomique reconnu dans le monde entier, jusqu’où les vignobles français devront s’exporter pour survivre au dérèglement climatique ? Depuis la canicule de 2003, la France est-elle mieux préparée aux fortes chaleurs ? Quelles sont les conséquences de ces températures records dans le reste du monde ? Le réchauffement climatique menace-t-il la viticulture française ?

Invités :

- Louis BODIN, ingénieur météorologue.

- Frédéric DENHEZ, journaliste spécialiste des questions environnementales.

- Françoise VIMEUX, climatologue à l’Institut de recherche pour le développement

- Guillaume SAINTENY, consultant spécialiste des questions environnementales, auteur de "Le Climat qui cache la forêt"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :