Projet immobilier St Sauveur : Le "oui, mais..." du commissaire enquêteur rendu ce 18 mai 2018

Publié le par M.E.

Un Avis favorable à la déclaration de projet valant mise en compatibilité du Plan local d’urbanisme pour l’aménagement de la ZAC Saint Sauveur sur la commune de Lille ; dans le cadre du projet proposé dans les documents constituant le dossier d’enquête soumis à la consultation publique, du 20 mars à 9h00 au 20 avril 2018 à 17h00.

L'ensemble des 3 documents produits par le commissaire enquêteur est consultable ici :

Rapport 1 https://drive.google.comopen?id=1sktFc9ChSMSVlMVXaQxMWOhOgcyotMsP

Rapport 2 https://drive.google.com/open?id=18PGij9XQW2TmJQ-oJN4-HLnc7YgBRBVW

Conclusions et avis du Commissaire enquêteur https://drive.google.com/open?id=1-l4hS_alMe_AThNE0I70VMy0Rm4rD0sv

Cet avis est assorti de trois (3) réserves et de cinq (5) recommandations :

Réserves :
Réserve 1 : Le commissaire enquêteur demande au Conseil Métropolitain, en préalable à l’approbation de la mise en compatibilité du PLU, en ce qui concerne la qualité de l’air, de planifier une nouvelle simulation, intégrant :
• les résultats effectifs du PDU à ce jour et non les objectifs formulés en 2012,
• les plages de trafic maximal,
• l’évaluation précise de l’augmentation du trafic due au projet,
• des points de mesure spécifiques aux endroits où le trafic automobile est le plus intense ( sud-est du site, notamment carrefour de la porte de Valenciennes, boulevard Paul-Painlevé et segment de la rue de Cambrai entre le métro aérien et la porte de Valenciennes),
et de vérifier que les résultats obtenus sont bien sous les valeurs réglementaires fixées par l’OMS. Il lui demande par ailleurs de communiquer largement sur ce sujet.
Réserve 2 :Le commissaire enquêteur demande au Conseil Métropolitain, avant d’approuver la mise en compatibilité du PLU, de vérifier, pour le site du Belvédère, l’absence de risques de pollution de la nappe du carbonifère, dont la vulnérabilité n'a – a priori – pas été évaluée et si la nature des mesures prévues (évoquées mais non appréciées) dans les conclusions de l’enquête relative à la loi sur l’eau sont appropriées.
Réserve 3 : Le commissaire enquêteur, pour éviter tout recours futur basé sur le principe de précaution, demande au Conseil Métropolitain, en préalable à l’approbation de la mise en compatibilité du PLU, de prendre l’avis de l’ARS sur le projet de piscine, sans attendre le dépôt du permis de construire.

Recommandations :
Recommandation 1 : Le commissaire enquêteur recommande au Conseil Métropolitain dans la phase de réalisation d’aménagement et sur sa durée, d’étudier toutes les possibilités d’augmenter encore la part de la nature sur celle des constructions ; la solution de retenir le niveau bas de la fourchette des prévisions de construction de logements et de bureaux pourrait en être une des pistes essentielles.
Recommandation 2 : Le commissaire enquêteur recommande au Conseil Métropolitain, en complément des mesures déjà prévues par les services de la MEL, d’envisager des dispositions pour réduire les nuisances de la « phase travaux » du programme d’aménagement et de :
• prévoir dans les cahiers des charges de ne contracter qu’avec des entreprises ISO 14001 et d’établir avec leurs directions des « chartes de bon comportement »,
• créer un comité de suivi de chantier (comprenant une représentation des riverains et des associations) afin d’informer les mitoyens de la zone sur la planification et le déroulement des opérations. Recommandation 3 : Le commissaire enquêteur recommande au Conseil Métropolitain de réaliser à terme, dès le début de l’aménagement des ilots, des campagnes de mesures de bruit pour vérifier que les valeurs réelles correspondent aux prévisions annoncées, qu’elles sont inférieures au seuil préconisé par l’OMS et de communiquer sur ce sujet.
Recommandation 4 : Le commissaire enquêteur recommande au Conseil Métropolitain de prolonger avec les Lillois une concertation en aval de l’enquête publique, pour la mise en oeuvre de l’aménagement de la ZAC.
Recommandation 5 : Le commissaire enquêteur recommande au Conseil Métropolitain, en préalable à l’aménagement de la ZAC, de réviser l’étude du besoin en matière de groupe scolaire, en intégrant la décision récente d’obligation de scolarité des enfants dès l’âge de trois ans.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Notre commentaire : Nous sommes satisfaits que le commissaire-enquêteur émette des réserves qui sont la conséquence des alertes que nous avons mentionnées dans notre avis et celui d'autres associations dont le collectif inter-associatif. On ne peut que regretter que cette décision conforte un projet dont le contenu, les valeurs, soient plus dans la continuité du 19ème et 20ème siècle que du 21ème siècle.

Avec ce projet immobilier, on tourne le dos à l'immense révolution d'urbanisme qui a lieu partout dans le monde et qui se caractérise par une volonté de prise en compte du besoin d'espaces verts chez les urbains, de protection et de développement de la biodiversité, de reconfiguration des espaces réservés à la voiture au profit de la marche, du vélo et des transports publics.

Cette bétonisation de tous les derniers espaces verts disponibles, cette recherche permanente de nouveaux sols à construire est menée pour être irréversible, ce qui est très grave et conduira à une impasse qui s'ajoute à l'impasse résultant de l'inaction des autorités de l'Etat et des élus lillois et métropolitains face à la pollution de l'air.

Ces autorités de l'Etat, ces élus ne protègent pas la santé des lillois alors que cela doit être leur mission. Ces derniers endurent des épisodes de pollution de l'air qui se succèdent les uns après les autres et rien de volontariste n'est accompli pour faire cesser ce fléau sanitaire. M.E.

Publié dans Urbanisme, Biodiversité, Air, Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :