"En Europe, plaçons la barre haut avec un objectif ambitieux d’énergie renouvelable pour 2030 !"

Publié le par C.L.E.R. via M.E.

Durant le premier semestre 2018, les institutions européennes débattent du paquet de législations relatives à la lutte contre le réchauffement climatique et à la transition énergétique en Europe. Au cœur des débats entre Etats-membres et parlementaires européens : l'ambition donnée aux objectifs européens d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique ou encore la régulation du marché de l'électricité. Entretien avec Neil Makaroff, responsable Europe au Réseau Action Climat.

Comment est défini le niveau d’engagement des Etats-membres pour les énergies renouvelables en Europe ?

La directive sur les énergies renouvelables va fixer un niveau d’ambition global pour accélérer leur déploiement en Europe. Malheureusement, certains Etats-membres partisans du statu quo énergétique continuent de soutenir un objectif de 27 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique européen d’ici à 2030, alors que les énergies renouvelables sont en passe de devenir l’énergie la plus compétitive en Europe. Le Parlement européen l’a compris et défend 35 % d’énergies renouvelables d’ici 2030. La recherche d’un compromis est en cours… et les positions des Etats-membres peuvent encore évoluer. La France, à ce jour, défend un niveau de 30 % d’énergies renouvelables en 2030 : une position qui est très loin de ce qui faisable et souhaitable au niveau européen, mais qui reflète le retard accumulé dans notre pays.

« La France fait partie du peloton de queue avec seulement 15,7 % d’énergie renouvelable dans son mix énergétique en 2016 »

Au moment où l’Allemagne déploie plus de sept gigawatts par an d’éoliennes terrestres et de panneaux photovoltaïques, la France peine à atteindre les deux gigawatts. Les principales causes de ce retard ? Principalement, les revirements des pouvoirs publics sur les filières renouvelables ces dix dernières années, des contraintes administratives et réglementaires encore très lourdes et le poids du débat sur l’énergie nucléaire… De très nombreux verrous restent à lever dans l’hexagone, mais notre pessimisme ne doit pas freiner les Etats-membres qui sont en capacité d’atteindre et de dépasser l’objectif de 35 % !

Lire la suite sur le site du CLER