Des failles dans la sécurité des centrales nucléaires

Publié le par Le Parisien, France24 via M.E.

Durant dix-huit mois, Greenpeace a fait travailler des experts internationaux sur la protection de notre parc nucléaire face au risque terroriste. Les conclusions sont inquiétantes.

Ils sont sept. Sept experts des questions nucléaires et du terrorisme, mandatés par l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace pour échafauder les pires scénarios d'attaques sur nos 19 centrales nucléaires. Objectif : identifier les failles de sécurité, et alerter les pouvoirs publics et EDF, l'exploitant de notre parc nucléaire, sur le danger que cela représente.

Sauf que les conclusions du rapport sont tellement alarmistes que les experts et Greenpeace, pourtant rompus aux hypothèses les plus inquiétantes, ont décidé de ne rendre publique ce mardi matin qu'une version "light", expurgée des informations les plus sensibles. « Il s'agit d'alerter l'opinion et les pouvoirs publics, justifie Yannick Rousselet, chargé de campagne auprès de Greenpeace. Pas de donner des idées à des personnes mal intentionnées. » Au final, seules sept copies du rapport sont remises ce matin par Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France, à différents hauts fonctionnaires en charge des questions de défense et de sécurité au sein des institutions (ASN, IRSN et Cossen) et du gouvernement. « Le Parisien » - « Aujourd'hui en France » est le seul média à avoir pu consulter l'intégralité du rapport.

"Un déficit historique de la protection de nos installations"

Que nous apprend-il ? « que nous connaissons un déficit historique de la protection de nos installations, et notamment des piscines de refroidissement, s'alarme Yves Marignac, l'un des contributeurs du rapport. A l'époque du lancement du programme nucléaire français, l'attention a été portée uniquement sur le risque d'emballement du coeur du réacteur. L'évolution du risque terroriste en quarante ans change tout. » Et le rapport de pointer du doigt le fait qu'aucune instance coordonnée n'existe sur la sécurité nucléaire. « Contrairement à d'autres pays, l'Autorité de sûreté nucléaire (NDLR : ASN) ne s'occupe que des questions de sécurité », reconnaît Pierre-Franck Chevet, son président.

Lire la suite sur le site du Parisien

Voir aussi la vidéo diffusée par France24 : Les centrales nucléaires françaises sont-elles sûres ? Malgré une surveillance et des normes drastiques, cette question est loin de faire l'unanimité. EDF, qui opère ces centrales, veut prolonger leur durée de vie de dix à vingt ans. Pourtant la santé financière de l'entreprise publique n'a jamais été aussi mauvaise. Reportage de nos équipes.

 

Notre point de vue : L'utilisation massive des centrales nucléaires pour la production d'électricité pose de nombreux problèmes connectés : risques pour les populations, risques industriels, économiques et financiers pour la filière nucléaire et l'exploitant EDF, risques pour l'emploi pour les personnes de la filière nucléaire et enfin, risque à terme de défaillance en matière de production nationale d'énergie électrique. Ci-après quelques articles de notre cru :

D'après Yves Marignac : "Le potentiel de danger à La Hague est sans équivalent"

P.F. CHEVET : "La situation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection est préoccupante"

Tchernobyl 1986, Fukushima 2011 et si on décidait enfin des solutions énergétiques après discernement éthique ?

Après Fukushima : retour à un minimum d'éthique ou au "Business as Usual" ?

Et aussi, de Mme Corinne LEPAGE, avocate, experte en environnement : L'état de nos centrales le montre, le choix de l'énergie nucléaire est dans une impasse

En poursuivant dans la voie du nucléaire, la France fonce droit vers une triple impasse

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :