Quelle est l’opinion des Français en matière d’environnement ?

Publié le par ADEME via M.E.

 

Si la crise fait clairement passer l'environnement au second plan des inquiétudes des Français, le sujet reste une source de préoccupation. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne le réchauffement climatique et la pollution de l'air, surtout chez les personnes conscientes de leur vulnérabilité ayant subi les conséquences de désordres climatiques ou des pics de pollution. Les Français sont très majoritairement prêts à accepter des changements importants dans leurs modes de vie, à condition qu'ils soient partagés de façon équitable et accompagnés de dynamiques collectives de la part des associations, des entreprises et des pouvoirs publics. Ces dynamiques collectives participent d'une meilleure acceptation de mesures coûteuses ou contraignantes souvent peu populaires.

La lettre Stratégie ADEME & VOUS n° 52 est consacrée à une enquête sur l’opinion des Français en matière d’environnement. Selon les données recueillies en 2016 par l’ADEME, ce sujet est classé en 5e position des préoccupations en France, après l’emploi, la sécurité des biens et des personnes, l’immigration et les déficits publics.
Parmi les problèmes environnementaux,
le réchauffement climatique, la pollution de l’air et la dégradation de la faune et la flore sont cités comme étant les plus préoccupants. Les personnes conscientes de leur vulnérabilité ou ayant subi des désordres climatiques, tels que des pics de pollution, sont particulièrement sensibles à ces thématiques.

À la question « Qui serait le plus efficace pour résoudre le problème de réchauffement climatique ? » les Français répondent à 50 % « chacun d’entre nous ». Conscients de leur responsabilité, ils restent cependant demandeurs d’actions, « les États » ressortant comme la réponse la plus citée (51 %).

Ainsi, si les Français sont prêts à s’impliquer et à effectuer des changements importants dans leurs modes de vie, ils attendent qu’une mobilisation collective soit faite de la part des associations, des entreprises et des pouvoirs publics.

La suite à télécharger sur le site de l'ADEME ici